Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 29/09/2017 14:50:40
Rubrique : Reportages, lu 1255 fois. Un commentaire
Partager

LIPICA: M.SELLIER 4ème offre le bronze à l'équipe


 

CHAMPIONNAT DU MONDE 2 CHEVAUX 

            Edito: La Slovénie accueille le Championnat du Monde  des attelages en paire à Lipica. En ouvrant le concours à 6 meneurs par nation, l'organisateur s'est assuré d'un nombre élevé de participants (82). Cependant, seulement 5 nations (FRA, AUT,GER, HUN,ROU,) remplissent le quota maximum, la Hollande et la Suisse présentent 5 attelages, la Grande Bretagne , Italie et  Pologne 4.  Plus intéressant est le nombre de nations présentes soit 23 pour 19 équipes. Comme pour les Solos, les Paires témoignent d'une belle universalité. 

             

  Pierre Jung  fêtera son 10 ème Championnat du Monde, rien que ça... on lui souhaite un bon concours, ainsi qu'à toute l'équipe ! Ses plus hautes performances, un titre de Champion du Monde par équipe en 1995 avec Gérard Dupont et Patrick Greffier, et une médaille d'argent individuelle en 2003 à Jardy. Enfin rappelons la médaille d'argent en individuelle de S. Chouzenoux à Conty en 2011 et la 3ème place en équipe (Chouzenoux, Verna, Dutilloy). 

            L'équipe de  Slovénie pays hôte n'est pas dans les favoris. C'est la voisine, la Hongrie qui tient ce rôle. Depuis l'origine de cette compétition, ses meneurs conduits par les frères Lazar ont souvent été des leaders mondiaux.  Ils, " les Lazar et la Hongrie  sont monstrueux". Zoltan et Vilmos totalisent 11 podiums sur les championnats du Monde en individuel et 9 podiums par équipe. Ajoutez à cela 1 médaille d'argent et 4 médailles de bronze à l'actif d'autres meneurs hongrois...  L'équipe se renouvelle avec Martin Hölle, il a été le meneur dominant depuis 2 ans de cette catégorie.

            L'attelage en paire est un phénomène culturel en Hongrie.Il trouve son origine dans le cheval emblématique du pays, le lipizzan. Il a  depuis 4 siècles été utilisé comme cheval d'attelage. Le haras de Lipica, aujourd'hui en Slovénie, était  aux XVI ème siècle  dans l'Empire autrichien. C'est le haras berceau d'élevage de la race, et non pas  Piber comme on le croit souvent.

           

Wilmos Lazar,  résultats individuels sur les CdM:  médailles d'or 1999, 2001, 2007, 2013, 2015,  médaille d'argent en 1993, médaille de bronze en 2005.

  Zoltan Lazar,  résultats individuels sur les CdM: médaille d'or 1997, médailles d'argent  en 1999, 2015, médaille de bronze  2005

     Résultats par équipe de la Hongrie sur les CdM:  médailles d'or: 1989, 1999, 2001, 2003, 2013, 2015 et médailles d' argent en 2005, 2007, 2009.

           

Excusez du peu !  

            Et la France ? elle jouera le rôle d'outsider tant en individuel que par équipe. En individuel  notre meilleure chance, Michaël Sellier est avide d'atteindre le podium. Il faudra peu de choses pour basculer dans un sens ou dans un autre. Bref, il faudra réaliser un concours "plein". Une place dans les 5 premiers serait une belle performance. Un podium pour l'équipe ? elle était à la 6 ème place en 2015.

                Mardi, reconnaissance des lieux : Le haras est magnifique. Pluie toute la journée. On a vu la carrière des 10 mn… terrain profond de quoi perdre des chances sur la reprise officielle si les conditions ne varient pas. Pas encore vue la carrière de détente. La carrière officielle n’est pas encore montée, elle sert de « training area » pour le moment. Les équipes y viennent à tour de rôle et à heure déterminée. Pour les français c’était ce matin à partir de 10h43, 5 mn chacun pas plus. C’est Frédéric Bousquet qui a débuté. La salle de presse est assez éloignée de la carrière officielle, cela va être difficile de vous envoyer des infos avant la mi-journée …   Demain, visite vétérinaire pour les français vers 10h20.  

            Mercredi, visite vétérinaire : Matinée de visite vétérinaire sous un ciel plus clément, avec deux pistes sous le regard des juges. On voit sur les visages de tous, de la tension et du stress; l’atmosphère est même quelque peu électrique. Beaucoup de chevaux sont loin du relâchement lors de cette présentation. Marc  Wentein au micro annonce les nationalités, les noms des chevaux et de leurs meneurs. Dans un rythme régulier de métronome, le verdict tombe « accepted ! »

Il y a de la qualité chez les chevaux français sur ce plan ; il n’y a rien à envier aux autres nations. Quatre chevaux ont été éliminés: un chez Francis Ballester Mallols (ESP), un chez Eva Ottoson (SWE) et malheureusement deux chez Jozef Masir (SVK) qui ne partira donc pas à ce championnat, ce qui élimine de fait un classement par équipe pour sa nation.

Fin de la première épreuve, car s’en est une, à part entière !

 

Panoramique du terrain  pour la visite vétérinaire – Photo Hélène Leclerc

 

Défilé des nations : Coloré et joyeux comme il se doit. Pour des observateurs avertis, l’arrière garde du groupe France semblait y prendre un grand plaisir !

 

Cette première journée se termine dans une ambiance très festive autour des spécialités de chaque nation. Pas de table française pour présenter des produits du pays, … ouppps j’ai dû faire un stage trop prolongé avec le bourbon américain et la goulash hongroise…car le n’ai pas vu le stand français ! Hélène elle l’a vu, elle a trouvé le Pomerol excellent ! Désolé pour cette fausse information. Pierre Jung et son équipe à l’aide d’un four à bois transporté d’Alsace (!), ont pu faire apprécier des flammekueches  préparées sur place.

Jeudi 1ère journée de dressage: composition de l'équipe de France, M.Sellier, F.Grimonprez, F.Dutilloy.

François Dutilloy : Bien joué ! 51,62 – reprise sage en sécurité. Martin Hölle (Hun) 35,57 réveille un public assoupi et rare pour un Championnat du Monde (mais on est jeudi). Pierre Jung n’a peut- être pas eu de chance en passant derrière Martin Hölle; il obtient 59,76 pts.

Martin HOLLE 

Une première journée sans surprise : Le premier jour de dressage a livré son verdict, il est globalement plutôt conforme aux attentes. La tête de la compétition est tenue par Martin HOLLE ; Il a pour lui un joli rassemblé, une cadence régulière, une poussée permanente sans « perte du dos » et une soumission exemplaire ; seule ombre, les chevaux sont différents dans leur locomotion. Béat SCHENH (SUI) et Lars SCHWITTE (GER) ont été très agréables à regarder ; malheureusement pour des raisons pratiques, je n’ai pas pu les filmer. J’aurais mis un petit mieux sur la note de Vincent SERAZIN noté à 54,98. Les autres français : F.DUTILLOY (51,62), F.GRIMONPREZ (55,98), F.BOUSQUET (58,40), P.JUNG (59,76).

 Par équipe la HONGRIE place deux meneurs dans le haut du classement. Les autres nations : SUISSE, ALLEMEGNE, PAYS-BAS, GRANDE-BRETAGNE, FRANCE, ITALIE et POLOGNE ont au moins un meneur sous les 55 points.

« Sur la 1ère journée de dressage, le taux de cohérence est de 82% (*). L'écart le plus important concerne la reprise du Suisse Beat Shenk  (63% de cohérence). Comme vous l'avez mentionné, les favoris de chaque nation sont au rendez-vous. Une surprise : la jeune Anna Sandmann à 48. Elle était à 55 à Beekbergen il y a un mois. (est-ce l'effet Boyd Exel, qu'on a vu la coacher ici ?) Pour la France, tout repose désormais sur Mickaël Sellier, dernier Français à passer. » ValrR

* (% de notes écartées de moins de 2 points par figure)

Question à Benjamin AILLAUD 

JCG : Content de ton équipe slovène ?

B.A : On commence juste, je travaille avec eux depuis environ 5 mois. C’est un challenge sympathique. Ils ont très peu d’expérience sur les concours internationaux. Aujourd’hui, 56,99 pour Miha TAVCAR est un bon résultat.

Vendredi 2ème journée de dressage : toutes les équipes ont encore de belles « cartouches », et en France ont est suspendu au résultat de Michaël Sellier. Son passage est à 11h40. Le Bureau des calculs hier, aidé en cela par une belle couverture internet, a été aux petits soins pour nous distiller meneur après meneur, les résultats. C’est tout de même bien agréable.

Côté organisateur, vu de mon côté il n’y a pas de « couac », sauf peut-être un manque de fléchage, je ne sais toujours pas dans quelle direction se trouvent les obstacles du marathon.

Les impressions de supporters venus de France, Mr et Mme Peigné (juge amateur) par Hélène LECLERC

« Le concours est jusqu’à ce jour bien organisé, simple d’accès dans ce site magnifique; un bémol pour les indications en dehors  (comme à TRIESTE seulement 7 km). Peu de stands et animations; nous étions allés à TOPOLCIANKI en 2013 où c’était grandiose; c’est dommage pour un tel évènement. Depuis ce matin le public est plus fourni, ce qui donne une bonne ambiance. Ce concours est très accessible à tous, le prix du billet est très raisonnable (39€ pour 5 jours). La cérémonie d’ouverture était « simpliste », pas de spectacle, hormis le défilé des équipes. Par contre le  stade est magnifique, la carrière très bonne. Nos concurrents préférés jusqu’à présent : Martin HÖLLE, Lars SCHWITTE et Beat SCHENK (que nous avions préféré avec une autre paire sur d’autres concours). Pour le marathon, tous les obstacles étant identiques quant à la forme et matériaux, cela risque d’être compliqué pour les meneurs pour se souvenir de toutes leurs options ! »

11h50 – Voilà c’est fait pour Michaël Sellier avec un score de 51,68pts (cohérence 77,8%).  

Michaël Sellier

            Un hommage à Steve Wilson de l’équipe des USA, qui malgré un handicap visuel, nous a présenté une reprise en 59,35. Whaouuuuu la reprise de l’italien Jozsef Dibak ! magnifique, il porte son équipe à la 4ème place.           

Martin Hölle (Hun) avec 35,57 conserve sa première pace devant Beat Schenk (Sui) 42, 30 et Lars Schwitte ( Ger) 42,53.

            Par équipe : les trois meneurs de l’équipe hongroise sont bien installés à la première place du classement, devant l’Allemagne et la surprenante Italie. A la 5ème place, l’équipe de France conserve toutes ses chances (à 1/10e de la Suisse !) de monter sur le podium avec ses 3 meneurs compétitifs sur le marathon.

« Taux de cohérence sur les 2 jours de dressage 81. Impressionnant les frères Lazar. Ils ne sortent jamais de Hongrie et pourtant ils sont toujours là dans les grands événements ! » ValrR

    

L’Equipe de France 5ème du dressage - François Dutilloy (51,62)-Michaël Sellier (51,68)-Franck Grimonprez (55,98) 

Tragédie hongroise : à la sortie de son dressage, le meneur hongrois Zoltan Lazar s’est vu éliminé du concours pour avoir attaché les bonnets de ses chevaux aux muserolles.

FEI article 940.11.2 “Ear hoods and plugs are permitted. Ear hoods may not be attached to the noseband and must allow free movement of the ears of the Horse.”

De ce fait l’équipe hongroise qui tenait la tête du concours avec une confortable avance, n’a plus le droit à l’erreur avec seulement 2 attelages. La compétition prend désormais un autre visage; d’autres surprises sont à prévoir. En effet, les 8 obstacles que nous avons parcourus en fin de journée nous laissent perplexes : longueur, uniformité de couleur et beaucoup d’options possibles.

Dressage toujours … on était tous persuadé, dans les pronostics, de trouver 1 voire 2 français dans les 10  premiers en dressage et on a tous perdu. Il s’en est fallu de peu car les écarts sont minimes entre les 13 ème et 14 ème places de François et de Michaël et les 51,26 pts du sud-africain Wayne van Niekerk à la 10 ème place. 7 meneurs de nations différentes constituent le groupe des 10 premiers, c’est la preuve que le bon niveau se trouve assez bien réparti sur la planète.

Samedi marathon dans le domaine du Haras.

 Marathon « non-stop » de 10 heures jusqu’à 17h.

On le prévoyait, ce marathon a été sélectif et malheureusement quatre meneurs sont ce soir écartés de la compétition : l’anglaise Elisabeth PRIEST n’aura vu que l’obstacle 1, renversée, sa groom rentrera avec une jambe cassée ; l’italien Aletti MONTANO ira jusqu’au 8, avant un renversement spectaculaire mais sans conséquence; autres éliminés : Bruno WIDMER pour la SUISSE et Tom ENGBERS pour les PAYS-BAS.

 Côté résultats : une grande surprise ! La victoire de Miha TAVKAR (SLO) -entraîné par Benjamin AILLAUD- porté par le public slovène venu en grand nombre. Il n’a jamais concédé plus que le 7ème temps sur l’ensemble des obstacles.

de gauche à droite: Mr  Novak, Président de la Fédération Equestre de Slovénie - Miha Tavcar- Benjamin Aillaud - photo Hélène Leclerc

Martin HÖLLE, pourtant excellent, doit se contenter de la 3èmè place du marathon, malgré les meilleurs temps sur trois obstacles. La seconde place est prise par le hollandais Stan VAN EISK membre de l’équipe des PAYS BAS.

 

Martin Hölle obstacle2 - photo Hélène Leclerc

Les français ont connu des fortunes diverses : Frédéric BOUSQUET très rapide, a longtemps gardé la seconde place ; il termine 8èmè sans pénalité. Ses chevaux étaient encore très allants à l'arrivée du marathon. Parti après lui, Franck GRIMONPREZ se trouve pénalisé de 20 pts à l’obstacle 4, ce qui le conduit à la 25ème place. Sans ces 20 points, il se serait  retrouvé à la 20èmè place. Dans l’ordre des départs français, suivait Vincent SERAZIN. Un mauvais début sur l’obstacle 1 (77ème) et pas toujours dans un rythme suffisant, il termine à la 55èmè place.

Frédéric Bousquet obstacle 4 - photo Hélène Leclerc

On a vécu une belle après-midi avec Michaël SELLIER. Mark WENTEIN au micro annonçait les bonnes nouvelles, obstacle après obstacle. On s’est pris à rêver un long moment. Il a tenu la tête du classement A+B avant que les tous derniers concurrents ne nous ramènent à la réalité ; il sera finalement à la 6èmè place en conclusion. Juste dernière lui, au départ du marathon, François DUTILLOY. Ce n’était pas facile pour le petit groupe de supporters français, essentiellement constitué d’alsaciens, de suivre les deux meneurs. La 24èmè place lui revient. Son résultat conjugué avec celui  de Michaël SELLIER, place  la FRANCE devant la SUISSE et se retrouve ainsi provisoirement à la 3èmè place avec 9/10 de points d’avance. Plus loin la Grande-Bretagne est à 11 points.

 

Michaël Sellier obstacle 7 - photo Hélène Leclerc 

Au classement individuel, Martin HÖLLE est bien installé devant Joszef DIBAK (ITA) et Beat SCHENK(SUI). Michaël SELLIER entre dans le top 10(8ème). Suivent : F.DUTTILLOY 15ème, F.BOUSQUET 17ème, V.SERAZIN 39ème, F.GRIMONPREZ 51ème et P.JUNG 74ème.

 

Pierre JUNG a ouvert la voie aux français. Un peu déçu de sa note de dressage, s’est fait bien plaisir sur les obstacles. Au téléphone il conserve toute « la pêche » qu’on lui connait :

PY : « je voudrais remercier la Fédération de m’avoir permis de faire un 10 ème Championnat du Monde dans une ambiance très sympathique avec l’ équipe de France. J’ai fait de bons dressages et de bonnes maniabilités cette année, mais  mon résultat ce week end n’est pas aussi satisfaisant que je l’aurais espéré. Il est sûr que j’ai fait de meilleurs championnats. Je suis très content aussi, d’avoir fait découvrir la vie d’un Championnat du Monde à ma très jeune groom  Abigaëlle. Un grand merci aussi à tous mes amis qui ont fait le voyage d’Alsace jusqu’à Lipica. » 

Sur ce marathon, on a apprécié : la sécurité pour le public; la proximité des obstacles qui s’enchaînaient du 1 au 8, permettant ainsi de pouvoir suivre aisément un meneur sur la totalité du parcours; l’annonce et l’affichage quasi immédiats des résultats et les commentaires très informatifs des deux speakers. On a moins aimé : l’absence de place réservée à la presse et aux photographes sur chaque obstacle. 

Dimanche Maniabilité : pluie forte et continue avec orage. C’est prévu pour toute la journée, dur…dur … le bureau des calculs semble avoir des problèmes d’internet. Franck Grimonprez faisait sa maniabilité à notre arrivée, son score est bon semble –t-il. Le concours est arrêté 45 mn en raison de la pluie.

MICHAËL SELLIER 4 ème INDIVIDUEL  -  LA FRANCE MEDAILLE de BRONZE PAR EQUIPE

Une maniabilité  sous un déluge, mais le public est resté pour assister à l’ultime épreuve. Michaël SELLIER a dominé de la tête et des épaules un parcours difficile, avec un sans faute et un très léger dépassement de temps. Il remonte au classement final à la 4 ème place donc, amenant la France sur la 3ème marche du podium avec la bonne maniabilité  de Franck Grimonprez. Signe des temps, Michaël passe devant l’allemand Lars Schwitte qu’il a toujours vu devant lui cette saison. Fidèle à ses principes de préparation des grands évènements, contre vent et marée, le meneur bourguignon a tenu avec rigueur la ligne de conduite qu’il s’était définie, et le résultat est là.

Qui mieux que Boyd Exell peut en parler ? Voilà ce qu’il a confié à Hélène peu avant le passage de Michaël.

 « Je suis satisfait de la coopération entre la fédération française et mon travail avec Michaël. Malgré un cheval un peu tendu sur le dressage, Michaël est resté « pro », il a beaucoup progressé dans sa façon de gérer la compétition. Il a très bien mené sur le marathon. Aujourd’hui, épreuve de maniabilité, malgré le mauvais temps rien n’est encore joué. »

 En individuel, Martin Hölle a 20 ans et tout l’avenir devant lui. Le voilà Champion du Monde. On dit qu’il ne tardera pas à passer à 4 chevaux. Médaille d’argent Sébastian Warnek (Ger), médaille de bronze Beat Schenk (Sui).

La remise des prix s’est déroulée à l’abri, dans le grand manège du Haras avec une présentation des lipizzans dans le travail à pied.

L’Equipe de France médaille de bronze

François Dutilloy-Michaël Sellier-Franck Grimonprez-Quentin Simonet (Dir Technique attelage) -Virginie Coudry (Vétérinaire) -Marie Félix Brasseur (Entraineur Sélectionneur)

Moins protocolaires, mais plus joyeux

 

 La traditionnelle conférence de presse bien sûr pour définitivement clore ce championnat, avec une question d’attelage.org à l’adresse du slovène Miha Tavcar :

a.o : comment se déroule le travail de l’équipe Slovène avec Benjamin Aillaud ?

Miha Tacvar : Benjamin nous inculque les bases essentielles sur le travail des chevaux et de l’organisation d’une équipe. Il est toujours très positif et constructif. Il apporte également beaucoup d’énergie, tout se passe vraiment très bien.

a.o : vous le prêterez plus tard à la France ? (rires de l’assemblée)

Miha Tacvar : non !

© JCG


  Commentaires
-Quelle analyse ? par Heliosness (29/09/2017 10:34:09)
Je sais, c'est facile d'être dans son bureau, derrière un ordinateur et de commenter mais l'analyse est toujours constructive, qu'elle plaise ou qu'elle heurte, et nécessaire.
Beau championnat, on ne peut que se réjouir que la France revienne avec une médaille car le niveau des chevaux et des meneurs de l'équipe de France semble vraiment très bon. Les places ne rendent pas toujours compte de leurs qualités parce que la concurrence est rude et que le dressage n'est pas notre point fort, faisant reculer au classement, encore et toujours.
Néanmoins, je ne peux effacer de ma mémoire les raisons pour lesquelles Mic est allé s'entraîner chez Boyd Exell : pour laisser tous les autres derrière lui. C'était évidemment sans compter le jeune prodige hongrois, Martin Hölle qui, à 20 ans, semble déjà hors d'atteinte. Mais François Dutilloy fait mieux que Mic en dressage...
Pourtant, la mania de Mic était plus belle, plus fluide, mieux préparée, sans aucune hésitation et bien plus agréable à regarder que celle de Martin. Alors ? fatalité ? un tout petit rien de dépassement de temps et il se fait doubler par le Hongrois.
Il aurait suffit de moins de 3 points de mieux au dressage, et il l'a déjà fait et il en est capable, pour que Mic revienne avec la médaille d'argent, l'or étant indécollable de Hölle.
Alors oui, Mic était au rendez-vous collectivement puisqu'il permet à la France de gagner le bronze mais je crains qu'il n'ait manqué de peu son rendez-vous individuel, même si passer devant Wilmos et Lars est une victoire belle et entière. Le sport rend humble car il ne nous épargne rien ; il nous met face à nos propres limites que nous tentons toujours de dépasser. C'est un travail acharné, incessant à augmenter toujours. Sans doute faut-il être un peu fou pour choisir la compétition. Mais la choisir c'est aussi nous faire rêver, nous enthousiasmer alors bravo aux six athlètes français.
Une autre question me tarabuste : un champion du monde fabrique-t-il d'autres champions ?
Il n'est pas impossible que la réponse à cette question nous soit apportée dans peu de temps par un Français à qui tout semble réussir cette année, Benjamin Aillaud, aussi excellent meneur qu'entraîneur de l'équipe Slovène. Sa personnalité bienveillante, la qualité de son écoute et son talent en feraient certainement un excellent entraîneur de l'équipe de France. En tout cas, je ne vois pas mieux. Mais chaque chose en son temps.