Article proposé par Heliosness, paru le 18/11/2017 07:43:26
Rubrique : Reportages, lu 527 fois. Pas de commentaires
Partager

CAI-W STUTTGART tout savoir du warm up


 

Stuttgart, 1ère Etape, 1ère Leçon du maître Boyd Exell

Nous y voilà.

La Coupe du Monde est lancée de bien belle façon ce vendredi en Allemagne sur un parcours un peu court à mon goût (740 mètres), serré, mais l’arène n’est pas immense, qui ne laisse pas tellement de place aux accélérations époustouflantes, néanmoins varié, technique et joliment arboré devant un public nombreux à un horaire civilisé.

Le Chef de piste allemand, Wolfgang Asendorf a conçu un parcours équilibré avec des courbes et des lignes droites relativement longues pour prendre un peu de vitesse mais pas trop non plus sous peine de faire tomber des balles, un pont simple, un gué dans un virage qui donne un petit rebond en sortie et de jolies éclaboussures et deux obstacles, le premier de 6 portes et le second de 5 portes. Le tout donnait une impression naturelle rafraîchissante.

Vous pouvez revoir les vidéos en cliquant sur le lien  sur la page d’accueil, puis onglet « programme », à vendredi 17 novembre :

Tous les concurrents ont effectué deux tours identiques. Je vous en parle dans l’ordre de passage du premier tour.

Le premier à s’élancer sur la piste est évidemment Georg von Stein, le bénéficiaire d’une Wild Card. Je trouve sa prestation différente de celles de l’an dernier. On se souvient qu’il a la réputation d’être extrêmement rapide, de ne pas hésiter à lancer ses chevaux à pleine vitesse. Bien qu’il démarre très vite à Stuttgart ce soir, il me semble qu’il maîtrise mieux sa vitesse dans le sens où il anticipe les freinages, il ralentit beaucoup plus tôt qu’autrefois. L’an passé, il se laissait emporter par la vitesse, souvenez-vous à Genève, comme son attelage l’embarquait, mais plus cette fois-ci.

Trois des chevaux de l’attelage de von Stein sont les mêmes que l’an dernier, seul un cheval de timon est un nouveau venu. Il s’agit de Maestoso Magnas qui appartenait à l’américain Helmuth. Vous avez pu le voir à Chablis et Valkensvaard 2017. Le tout donne une jolie impression de puissance et de contrôle.

Georg von Stein a privilégié les déplacements courts à l’intérieur de l’obstacle 1, porte 5,  plutôt que les grandes courbes en passant par l’extérieur à vive allure. Il y est entré comme Isjbrand Chardon par l’entrée la plus proche de la porte 4, contrairement aux quatre autres concurrents. Cependant, ces obstacles techniques demandent davantage de précision. Il a passé 49 secondes dans le 1er obstacle dont voici son tracé :

Au second tour, il changea de stratégie pour entrer comme Boyd Exell à l’opposé de la porte 4. Ce qui lui fera gagner 9 secondes, rien que sur cet obstacle.

Il a mis seulement 30 secondes dans le second obstacle dont le tracé est le même que celui de Benjamin Aillaud, d’Edouard Simonet et d’Isjbrand Chardon.

A l’issue du 1er tour, Georg von Stein est cinquième avec 173,08 secondes. Il gagnera une place au second tour avec le 3ème temps : 134,26 + 1 tombant mis à terre par sa volée gauche au moment d’aborder la dernière porte, E : 139,26. La somme des deux fait 312,34 et une 4ème place donc un départ samedi en 3ème position.

Le second à effectuer la course est le jeune Belge Edouard Simonet. Il n’a pas non plus exactement le même attelage que l’an dernier. Il a récupéré un cheval gris, KWPN, qui a concouru l’an dernier avec Boyd Exell à Genève, le fameux Vadirmo qui appartient à Mark Weusthof, placé au timon gauche, ainsi qu’un cheval qui était à Lipica dans l’attelage de l’Espagnol Sauri Duato, Lordit, placé en volée.

Simonet va vite, son cheval de timon semble marquer une petite hésitation à l’entrée sur le pont. Il ne donne pas ici son meilleur spectacle mais n’oublions pas qu’il s’agit seulement d’un tour de chauffe, du tout premier warm up. Il ne semble pas à l’aise, un petit manque d’anticipation peut-être. Il fait tomber des balles, son groom lui en sauve sur le premier obstacle, le tout manque de fluidité. C’est un petit peu brouillon pour ce jeune homme si talentueux. 149,40 + 10 secondes pour deux balles. Au second tour il fera tomber 4 balles et tombants. Il met à peine 36 secondes dans le 1er obstacle au 2d tour et 31 secondes dans le 2d obstacle mais ça tombe.

Aujourd’hui, les chevaux ont beaucoup touché chez tout le monde.

Ce sera l’avant-dernière place au classement de cette première compétition avec un total de 323,37 secondes et un deuxième tour moins bon que le premier (159,40 + 163,97). Il passera donc en deuxième position samedi.

Le troisième à entrer en piste n’est autre que l’Américain Chester Weber. Ma curiosité est émoussée car je ne l’ai jamais vu en indoor. Quelle surprise pour moi de découvrir l’attelage de dynamiques Lippizans que menait Joszef Dobrovitz à Göteborg lors de la finale de la saison dernière ! Décidément, de nombreux chevaux ont changé de mains à la fin de cet été et de nombreux ont connu les Hongrois. Il faut dire qu’ils sont beaux, rapides, courts, bien musclés, souples et bien adaptés aux indoors. Il s’agit de Maestoso 51, Maestoso Jupiter, Platon et Pottom.

Alors la performance est-elle celle des chevaux ou celle du meneur ? Les chevaux vont très vite, ils sont bien ensemble, ils savent ce qu’ils ont à faire, c’est même l’attelage le plus homogène et le plus cohérent de ce soir mais la précision n’est pas toujours au rendez-vous, les balles tombent surtout en début de partie. Malgré tout, j’aime bien sa façon de mener, jeune, vive, rapide, moderne avec des gestes souples, il vit sa course à fond. Il a une attitude complètement différente des reprises de dressage.

 Dans l’obstacle 2, porte 10, Chester Weber a choisi un tracé différent de tous les autres, qui brasse moins les chevaux et je crois bien qu’au second tour il est le plus rapide dans cet obstacle 27 secondes contre 30 pour Boyd Exell et 28 pour Chardon. Le voici :

Au lieu de croiser en nœud papillon en faisant des petits cercles, il fait un grand cercle autour des portants du centre puis décide de foncer droit après C vers l’extérieur pour aborder D a grande vitesse par l’extérieur.

Il se classe troisième (147,43 + 10 = 157,43, 136.35+15 = 151.35 ; 308,78) et passera donc en quatrième position samedi.

Le 4ème à pénétrer dans l’arène est Isjbrand Chardon qui a laissé Casper, sa mascotte de l’an dernier, au vestiaire. Il a changé des chevaux. Encore un qui a été acheté à Joszef Dobrovitz ! il s’appelle Baturra. Quant à Pandur, c’est un cheval que nous reverrons sans doute avec Bram plus tard dans la saison.

Isjbrand Chardon a été grandiose au second tour, plus rapide que Boyd Exell, il effectue le tour en 131,31 secondes sans faire tomber de balle. Au 1er tour, il a manqué de précision dans l’obstacle 1 qui lui a valu 2 tombants. Il a bien communiqué avec ses chevaux, sans fouetter à tout va. C’était du grand art. Avec un Drive-Off qui repartira de zéro, il pourrait bien gagner demain !

 

Et puis vient le tant attendu Benjamin Aillaud avec les magnifiques arabo-frisons de Bouwman. Il fait très belle impression, les chevaux sont bien ensemble, ils galopent vite, c’est fluide, on dirait que rien ne va leur résister. Tout se passe pour le mieux jusqu’à la fin de l’obstacle 1 dans lequel il fait le meilleur temps, 38 secondes, lors de son premier passage et malgré une balle tombée porte 2 et puis les balles tombent jusque 20 secondes de pénalité, il est plus lent dans l’obstacle 2 qu’il réalise en 33 secondes. Le second tour n’est pas meilleur. Allez, ce n’était que les tours de chauffe. Demain, tout ira mieux.

Après ces prestations sommes toutes bien faites, pensées, anticipées, conduites mais avec beaucoup de fautes, Boyd Exell était très attendu. Allait-il faire mieux ? Eh bien oui ! son premier passage est un sans-fautes en 138,11 secondes, une leçon. Il a toujours l’exceptionnel Bajnok, encore un cheval de J. Dobrovitz ! toujours concentré, en avant, volontaire, aux ordres, imperturbable. Il y a un nouveau au timon, à côté de Demi, il s’agit de Twilight, un cheval que l’on a vu à Lipica avec l’Italien Dibak. Vadirmo et Twilight ont coucouru ensemble avec Mark Weusthof à Breda en 2014. Encore un nom qui revient souvent cette saison.

Boyd Exell a fait une démonstration, nous a encore donné une leçon de maîtrise et d’art (ci-dessus ses trajets dans les obstacles). Il va vite, très vite, contrôle, maîtrise, a certainement trois coups d’avance. A la fin du premier tour, il coupe à travers l’obstacle 1 pour gagner du temps. Il sait utiliser les freins à bon escient, au bon moment.

Pour rester en tête, il faudra demain qu’il fasse de nouveau un sans fautes car Chardon a été plus rapide que lui au second tour. Et demain, pour le Drive-Off 2, les compteurs seront remis à zéro…ce qu’il n’aime pas…

L’ordre de départ samedi à 12h45 sera le suivant :

Chacun d’eux a la possibilité de gagner, tout peut arriver, mais Boyd Exell et Isjbrand Chardon sont tout de même les grands favoris de cette étape que vous pourrez regarder sur FEI TV ou toujours sur le lien de l’accueil peut-être.

©Heliosness, 17.11.2017.

 


  Commentaires