Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 15/05/2018 21:46:07
Rubrique : Interviews, lu 943 fois. Un commentaire
Partager

HORST: MICHEL VIGNAUD raconte


 

        

   Michel Vignaud

         Quatre français étaient engagés à Horst, un  concours amateur national hollandais. Ils ont connu  des fortunes diverses. C'est ce qui a attiré mon attention et sans doute la votre.

         Vu de mon écran, il apparaissait  donc que tout ne se déroule pas tout à fait comme chez nous, aussi ai-je voulu en savoir un peu plus. Michel Vignaud a bien voulu répondre à mes questions et en faire ainsi profiter l'ensemble de l'attelage français.

         Le concours, l'ambiance, l'organisation

            Le sport, rien que le sport, c'est ainsi que se résume le sentiment de Michel Vignaud:

Michel Vignaud: " Concours bien rodé et bien organisé,  pas de pot d'accueil, pas de soirée, au  paddock les meneurs hollandais restent dans un "chacun chez soi". Ils sont très individualistes à l'inverse de leurs comportement à l'étranger. A 17h30 tout le monde est au diner, le principal repas de la journée. Pas d'ambiance conviviale donc comme on la recherche en France. Paddock sans bruit ..."

         Le dressage

" Trois juges Elite dont un juge international pour juger les solo sur la reprise FEI. Ce n'est pas l'idéal. Mon protocole me révèle un écart sur la figure d'une cession : 6, 6.5, et 2. Il y a des divergences d'appréciation partout. Je me suis fait filmer, ma reprise était propre mais en manque d'impulsion. La notation est  plus sévère.

Une surprise, personne sur la détente pour prévenir de l'entrée en piste. Pas de stewart ou de chef de paddock pour prévenir. C'est au meneur de gérer son temps. Marion aurait pu se faire éliminer sans la mansuétude du jury. Il y avait 3 carrières de dressage qui fonctionnaient en même temps.

J'ai noté que les juges reprochent d'avoir un cheval trop bas (*1) ce que nous essayons de faire en France, dans les développements du trot on cherche une extension du cadre, de l'encolure, avec un bout de nez qui baisse et un trot qui s'accélère (*2). Chez les hollandais la tête reste haute."

            ndlr, mon avis:

(*1) L'attitude est variable selon l'âge du cheval, le fonctionnement de l'arrière main et engagement sous la masse, ainsi que l'orientation du dos et de sa souplesse dans la tension.   L'attitude de la tête/encolure sont représentatifs du niveau de dressage. A ce niveau de reprise, effectivement les juges attendent cette image. Les notes doivent être en conséquence. Tête haute n'est pas un défaut mais participe positivement à l'équilibre du cheval, si tous les autres critères que je viens de citer sont réalisés.

Le danger de la tête haute est de creuser le dos si les autres critères ne sont pas au rendez vous, surtout avec les chevaux ayant un dos faible et non musclé. Dans ce cas le mouvement devrait être sanctionné quelque soit le niveau de la reprise. Le dressage doit être progressif, il doit commencer en ayant pour objectif de muscler le cheval par des exercice appropriés et justement exécutés. S'il est bien musclé ( si ce n'est un art c'est un "métier"), le cheval pourra exécuter sous la selle les mouvements les plus difficiles.. et à l'attelage tirer sa voiture et ses passagers en exécutant des figures simples dans les meilleures conditions possibles.

(*2) Les hollandais ont raison. Je me suis toujours insurgé contre cette mauvaise interprétation qui est faite dans l'attelage en France, sur la notion "d'extension du cadre" . Dans le trot moyen ou trot allongé, le cheval doit prendre de l'amplitude, en aucun cas l'équilibre du cheval ne doit être modifié, et pour cela la tête doit rester en place. L'extension du cadre doit être imperceptible et l'on ne doit pas voir ce que l'on voit sur nos reprises, un cheval qui s'allonge de tout son long à vitesse grand V. Ce faisant le cheval se désengage et se met sur les épaules, ce qui devrait être lourdement sanctionné, car contraire au but recherché: équilibre, engagement, orientation du dos conservés et contact sans contrainte avec la main du meneur dans le développement de l'allure.

Dans le trot allongé l'énergie augmente, la vitesse augmente mais le rythme diminue. Si le rythme ne diminue pas le cheval précipite.

Dans le trot rassemblé  l'énergie augmente, la vitesse diminue, et le rythme diminue. Si l'énergie n'augmente pas c'est du trot ralenti.

Je vous invite à observer les reprises de Dressage monté. L'équitation est universelle.

JCG

La maniabilité

Il n'y avait pas de piège sur la maniabilité de Horst, mais il y avait des combinaisons extrêmement  techniques, 5 ou 6 portes étroites, 2 oxers étroits placés dans les coins, et un temps très court. Il n'y a pas d'autre choix que d'avancer. C'est la tendance en France aussi.

Le marathon

Le 1 était une bonne mise en route, sur l'international il était très difficile. Les obstacles étaient plutôt techniques avec beaucoup d'options. J'ai bien aimé ce marathon. Marion a très bien marché, elle aurait pu faire encore mieux avec un peu plus de concentration. Le marathon est sur un anneau, on se double et on se croise, mais il n'y a pas eu de problème. Il y a eu 3 contrôles vétérinaire, on a eu tout le détail du cardiaque du cheval sur le marathon.

© interview JCG

 


  Commentaires
-omission par JeanClaudeGrognet (15/05/2018 13:46:21)
j'aurais du évoquer la musculation des abdominaux du cheval