Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 10/11/2022 08:29:31
Rubrique : Coup de coeur, lu 314 fois. Pas de commentaires
Partager

BOYD EXELL au bout de la galaxie ...


 

            Indisponible pour les deux premières étapes de la coupe du monde FEI, je n'ai donc pas suivi les directs tv proposés par les deux organisateurs, Lyon et Maastricht.

          Le compte rendu de Sarah Dance (FEI) sur la performance de Boyd Exell m'a cependant interpellé. Habitué des exploits du meneur australien, il faut aujourd'hui dépasser les superlatifs habituels pour s'en émouvoir, pour m'émouvoir.

          Je me suis donc rendu sur FEI-TV auquel je laisse quelques subsides, afin de trouver les vidéos de Boyd Exell et des meneurs de Maastricht. Effectivement les images sont au rendez-vous de l'article de Sarah Dance...

          Pas de doute Boyd Exell a bel et bien "démoli" ses adversaires de quelle manière ! Une question me taraude, comment ce diable de meneur dresse-t il ses chevaux, pour leur donner ce tempérament "d'avaleur de terrain" omniprésent sur les lignes droites, qualité accessible au commun des meneurs, mais être un "avaleur de terrain" sur les lignes courbe et les serpentines à l'intérieur d'un obstacle, c'est une autre affaire.

          Évidemment le meneur possède une technique exceptionnelle, une vision et une anticipation hors du commun, il voit ce que d'autres ne voient pas, ses coéquipiers sont rompus aux pensées du Maître, mais comment ce dernier fait-il pour avoir des chevaux constamment en équilibre, en tension, dans l'énergie, dans la rectitude, dans la soumission, sans peur et sans heurt ? J'étais bien jeune cavalier lorsqu'un l'un de mes premiers instructeurs voulant sans doute me tester m'a dit un jour: " vaut-il mieux avoir un cheval à pousser, ou avoir un cheval à retenir " ?

          Avec le temps je mets une pièce sur le cheval "à retenir" , mais ceux qui ont connu des chevaux " à retenir" savent combien ces chevaux sont souvent compliqués et doivent recevoir une instruction au moins  équivalente à leur énergie, afin d'en obtenir une soumission acceptée, et donc un cheval toujours coopératif avec le meneur ou le cavalier.

          C'est pour moi toujours une image forte et un grand plaisir,  de voir un cheval de Dressage de très haut niveau, sortir de sa reprise calme et détendu après des mouvements contraignants. Alors, pensez donc, quatre chevaux lancés au grand galop, sollicités à droite à gauche, répondant instantanément aux indications, et aux demandes de transitions, avec le retour au pas et au calme qui va bien après la ligne d'arrivée, c'est tout à fait exceptionnel.

          Comment faites-vous Monsieur Boyd Exell pour obtenir une telle collaboration de vos chevaux ? Comment voulez-vous qu'après de telles images l'on s'émeuve d'un quotidien équestre banal ? A force de manger du foie gras, le pâté ordinaire n'a plus de saveur, surtout quand le pâté se rêve en BE. Boyd Exell est au sommet de son art, à tout le moins il nous fait percevoir les limites de la galaxie et du chemin à parcourir pour les autres, même s'il adviendra forcément des échecs et des déceptions au cours du reste de sa carrière sportive. Alléluia !

JCG/attelage.org

La vidéo d'un parcours de Boyd Exell à Maastricht est disponible sur YouTube. Cliquez sur l'image.


  Commentaires