Article proposé par , paru le 12/10/2010 09:43:51
Rubrique : Culture générale, lu 3344 fois. Un commentaire
Partager

''Mon cheval tire'' , et alors ?


 

Toujours pertinents les article d'Anne et Cath ! Voici le dernier à mettre dans les archives. JCG

:-:-:-:-:-:

 

 

Dresser à la légèreté en main

Le problème le plus fréquent que l'on retrouve en main c'est le cheval qui tire. Cela peut être brusque (par exemple quand le cheval prend peur) ou continu (le cheval s'oppose par sa masse à vos actions et pèse sur la longe).

 

Ce problème ne peut être résolu que par un dressage rigoureux et intense (mais pas brutal). En effet, le cheval a une tendance naturelle à s'opposer à toute pression. Aller contre cette tendance naturelle peut être plus ou moins long : cela dépend de l'âge du cheval, de son passé (dressage et relations avec l'homme), de son caractère, de ses capacités physiques...

 

Tout d'abord, veillez à ne jamais mettre une pression supérieure à celle qu'applique le cheval. Cela peut paraître paradoxal mais il ne faut jamais gagner par la force. En effet, si vous exercez une forte pression pour que le cheval (ou le poney) cède, le cheval apprendra vite que pour vous résister, il « suffit » d'être le plus fort et à ce jeu-là vous serez vite perdant...

 

Ensuite, déterminez la raison de cette « brutalité » en main. Quelques idées pour votre réflexion des causes les plus souvent rencontrées :

 

1- Antécédents d'attelage

 

2- Défauts physiques (liés à une pathologie, à des problèmes de conformation, à des déficits musculaires, à un jeune âge...)

 

3- Incompréhension de l'ordre

 

4- Gourmandise passagère pour de l'herbe bien verte...

 

Je traiterais les cas 1 et 3 ensemble dans un premier temps puisque la logique éducative reste la même. Ensuite, je vous expliquerais le cas particulier et plus délicat à gérer du défaut physique. Le cas 4 dépend beaucoup de vos habitudes et tout redressage sur ce point devra s'accompagner de leurs modifications (ne sera pas traité ici).

 

Cas 1 et 3

 

Dans ces deux cas, mieux vaut changer de méthode. Pour cela, aidez-vous de tout ce qui fait ralentir naturellement un cheval : demi-tour, passage boueux, passage d'une barre au sol, exercice ennuyeux... Quand le cheval s'apprête à ralentir donner un ordre d'une voix calme et rassurante (exemple : « doucement »), le cheval ralentit comme prévu et vous pouvez le féliciter chaudement. Refaites l'exercice plusieurs fois et le cheval finira par associer l'ordre au ralentissement.

Vous pourrez ensuite effectuer un transfert d'ordre progressif en appliquant une légère pression avant de donner l'ordre. Vous obtiendrez alors un cheval sensible à la moindre pression sur la longe.

 

Si vous le souhaitez, (c'est ce que je fais avec les chevaux que je dresse en main) vous pouvez apprendre au cheval à s'arrêter lorsque la longe change d'angle de courbure (vous n'arrivez pas au contact) en effectuant le transfert d'ordre en plaçant simplement votre main au niveau du milieu de l'encolure. Cette méthode a l'avantage que par la suite, quand votre cheval « démarre » par peur, il reçoit l'ordre de s'arrêter avant de tendre sa longe donc avant que vous en subissiez les conséquences.

 

On peut avoir alors un cheval qui s'arrête une foulée après son démarrage alors que la longe est placée sur votre bras et que donc le contact n'a pas été possible...

 

Cas 2

 

Dans ce cas, rien ne sert de sévir ou de ré-expliquer. Il existe alors deux types de problème : de transfert de poids (le cheval a trop de poids sur les antérieurs) ou d'équilibre latéral.

Un test simple consiste à vous mettre en position normale en main mais votre épaule doit toucher l'épaule du cheval. Dans cette position demandez un ralentissement. Le cheval qui a un problème de transfert de poids ne changera pas ses habitudes. Le cheval qui ne maîtrise pas son équilibre latéral, ralentira sans soucis.

 

Attention, un cheval peut avoir un problème de transfert latéral et un problème d'équilibre latéral.

Sachez cependant que le problème de transfert de poids est le plus fréquent.

 

Problème de transfert de poids

 

Cela consiste le plus souvent à « redresser » le cheval par des actions de mains hautes et parallèles au mouvement. Vous devez avoir le sentiment que le cheval soulage votre main de son poids. Le travail des changements de direction (ou en cercle) et des arrêts (en prévenant longtemps à l'avance) vous seront d'un aide précieuse.

 

Des actions franches et de courte durée sont à privilégier.

 

Problème d'équilibre latéral

 

Oubliez pendant quelques temps le travail dans les tournants en main. Travaillez à obtenir une ligne droite parfaite (aidez-vous de marquages ou de repères précis) dans un premier temps au pas. Ne poussez pas votre cheval à aller vite. La précision doit être votre seul but. Vous constaterez avec l'expérience que les chevaux vont déjà beaucoup trop vite pour cet exercice la plupart du temps.

 

Dans un premier temps, aidez votre cheval en lui permettant de rester proche de vous (épaule contre épaule). Éloignez-vous progressivement. Mettez-vous parallèle au cheval ou dans le sens opposé (vous devez alors reculer). Cherchez l'indépendance des mouvements de votre cheval vis à vis des vôtres. Le cheval doit rester droit et concentré.

 

Je vous rappelle que le travail en main n'est pas une finalité en soi, il doit permettre d'acquérir de la sécurité pour le cheval et le cavalier, de l'assurance et de l'autonomie pour le cheval. Vous ne serez pas toujours là pour aider votre cheval à se stabiliser (au pré, en travail monté...) !

 

A bientôt

Anne

http://techniques-elevage.over-blog.com/1-index.html


  Commentaires
-il tire? par Arba (13/10/2010 12:32:52)
Tout peut se résumer en une seule phrase, que nos maîtres nous ont enfoncé dans le crane:
"IL FAUT ETRE DEUX POUR TIRER" Arba