Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 31/03/2013 08:50:53
Rubrique : Culture générale, lu 1685 fois. 5 commentaires
Partager

Le Quiz du dimanche de JCG (et les réponses ): la cloche (de Pâques !)


 

 

D'où viennent ces expressions:

Déménager à la cloche de bois , se taper la cloche,  se faire sonner les cloches ...

 

 


  Commentaires
-la vie des relais et auberges pour les cochers par Morinj (31/03/2013 08:57:09)
Cela ne viendrait il pas de l'appel à table des cochers dans les auberges et relais où ils ne bénéficiaient pas du même service que leurs passagers?
-cloches feutrées? par Morinj (31/03/2013 09:11:50)
fallait il mettre des cloches en feutre débordant sous les pieds des chevaux pour pouvoir déménager à la cloche de bois après s'être tapé la cloche plus que de raison, tout cela pour éviter de se faire sonner les cloches dont on ne sait si elles étaient en bois... Les lendemains de fetes peuvent donc être difficiles!
Bravo Jean-Claude pour cette belle histoire de cloches en ce week end Pascal où les cloches ont bien du travail...
-p' tet ben à la Cauchoise ... par JeanClaudeGrognet (31/03/2013 09:28:34)
très lyrique ce matin mon cher JP . Aurais tu eu une révélation divine ? J'ai d'autres réponses sur la question mais elle doivent être impies :-)
-non pour la révélation... par Morinj (31/03/2013 09:35:33)
Juste une succession d'évènements pour le commentaire car finalement ces trois expressions peuvent représenter une séquence de la vie, et faire la cloche dans le jardin pour cacher les friandises que comme de coutume mes petits enfants iront chercher avec leur petit panier. Cela aussi c'est la magie des cloches...!
-explications (internet) par JeanClaudeGrognet (31/03/2013 18:28:08)
- "Se taper la cloche " Des moines auraient fait appel à des mendiants pour faire sonner une cloche très lourde en échange d'un repas. Le service régulièrement demandé aurait donné naissance à l'expression " se taper la cloche" !

- "Sonner les cloches de quelqu'un" est une métaphore très claire de la colère, basée sur "les cloches", donc le bruit. De plus, le verbe "sonner" connote la violence si on le comprend dans le sens de "frapper", la cloche symbolisant la tête. Déjà au XVIIe siècle, on trouvait l'expression suivante : "faire sonner la plus grosse cloche", qui signifiait "faire parler la personne qui a le plus d'autorité".

- "Déménager à la cloche de bois" : Au milieu du XIXe siècle, la première version connue de cette expression était "déménager à la ficelle", cette corde qui permettait de descendre discrètement ses affaires par la fenêtre, puis de passer devant le concierge les mains vides, de manière à ne pas éveiller ses soupçons lorsqu'on voulait quitter les lieux furtivement, sans payer le loyer (sans oublier le lien probable avec ce terme 'ficelle' qui autrefois désignait aussi un escroc, un filou).
Parallèlement, on utilisait aussi "à la sonnette de bois" avec exactement le même sens. Bien sûr la sonnette du concierge n'était pas vraiment de bois, sans quoi il n'aurait pas entendu grand monde le demander, mais cette forme indique bien le côté discret du mouvement de celui qui veut s'en aller subrepticement sans risquer d'alerter celui qui pourrait lui demander des comptes.

*C'est un peu plus tard, semble-t-il, que la 'sonnette', tout petit instrument, a été remplacé par la 'cloche', objet plus ostensible (mais tout aussi discret s'il est en bois), marquant ainsi encore mieux le côté furtif de la disparition du locataire.
On dit aussi "déménager sans tambour, ni trompette". Comme ces deux instruments de musique sont également bruyants, comme une cloche métallique, c'est cette fois leur absence qui permet de quitter les lieux sans se faire repérer.