Article proposé par Renata, paru le 10/06/2013 07:42:04
Rubrique : Culture générale, lu 2523 fois. Pas de commentaires
Partager

De la poignée de charrue au colt


 

 

 

 

Samuel Colt (1814 – 1862)     

Ou la fabuleuse histoire de Samuel « Poulain »

 

A 11 ans il est placé dans une ferme. A l’école, il se passionne pour les sciences.

Il entend parler des soldats, vantant les qualités de leurs fusils, mais ce serait tellement mieux si une arme pouvait tirer plusieurs coups…

A 15 ans, il travaille dans une usine de textile, il accède aux outils de la fabrique et conçoit une pile électrique qu’il utilise pour détonner une charge de poudre (c’est une vraie découverte).

A 16 ans, son père l’envoie travailler dans la marine marchande. C’est en observant la barre du navire que le concept du « revolver » (to revolve : tourner) lui vient à l’esprit.

Au retour, à 18 ans, il travaille avec son père à la fabrication d’un fusil et d’un pistolet. Peu après il dépose un brevet pour son « revolver », en attendant sa conception.

Le premier s’appelle « colt Paterson » (ville où l’usine le fabrique) à cinq coups, vendu dès 1836 à la Marine et aux Rangers du Texas.

 

Colt dragoon – 1848

 

 Je n’approfondis pas l’évolution technique et historique de cette arme, ce n’est pas ce qui nous intéresse.

 

Quel rapport avec la charrue ?

 

La forme de la crosse, « the plough handle », la poignée de la charrue.

 

Samuel Colt s’est directement inspiré des charrues de son enfance pour concevoir une prise en main optimale. Outre l’innovation ravageuse du barillet, c’est la signature du colt.

 

 

    

 

 

Thomas Weaver 1813

 

 

 

photo de Harris & Ewing - 1919

 

 

Voilà d’où vient la forme spécifique de l’arme qui « won the West » (gagna l’Ouest, avec la carabine winchester, d’Oliver Winchester) et conquit toute l’Amérique, créant l’histoire de ses vastes territoires.

Peut-on imaginer un Western sans un coup de feu ?

 

 

http://faithless-webserie.jimdo.com/les-armes/armes-%C3%A0-feu/

« Le plus célèbre des revolvers de l'histoire des armes à feu. Appelé "The peacemaker" (le pacificateur), "The plough handle" (la poignée de charrue), ou "The equalizer" (l'égaliseur), ce revolver n'était pas simplement un "outil" qu'un homme portait, il était une partie de lui et sa vie en dépendait. Porté à tout moment et pour toutes les occasions pour défendre la vie et la propriété, il représente plus que n'importe quel autre revolver, la conquête de l'ouest. » 

 

 

Vu sur cet autre site, juste pour la qualité du travail artisanal :

http://www.littlegun.info/arme%20americaine/colt/a%20colt%20ancien%20fr.htm

 

 

« Un des deux seuls coffrets que Colt ait produit avec 3 revolvers: un Navy 1851 3è modèle à petit pontet rond, un Pocket 1849 et un Sidehammer en calibre 31, probablement du 3è modèle. Cadeau de Colt au lieutenant Silas Bent, qui avait été garçon d'honneur à son mariage en 1856. »

 

 

 

« Paire de revolvers Colt Dragoon 1848, 2è modèle, gravés à l'européenne, plaquettes en ivoire avec monogramme d'or, poire à poudre en argent massif réalisée par l'orfèvre Wilson & Co. Coffret en bois de rose et maillechort. Fabriqué en 1849 pour JJ Van Syckel, négociant en vins à Philadelphie et célébrité locale »

 

.

 

 

 

En s’associant avec Samuel Morse il investit aussi dans le télégraphe et la fabrication de câbles sous-marins après avoir compris que des fils bien isolés peuvent transmettrent l’électricité sous l’eau.

 

A la fin de sa courte vie (à 47 ans, il meurt d’une crise de goutte), il a vendu plus de 400 000 armes.

 

En 2006, Samuel Colt est intronisé au « National Inventors Hall of Fame », « qui honore les femmes et les hommes responsables des grandes avancées technologiques qui rendent possible le progrès humain, social et économique ».

 

La légende raconte qu’il a vécu sans avoir tiré sur quiconque, et que sa devise était :  « Abe Lincoln may have freed all men, but Sam Colt made them equal », « Abraham Lincoln a peut-être libéré tous les hommes, mais Samuel Colt les a fait égaux »… 2 heures pour rendre la copie !

 

Je préfère passer du temps avec ce poulain, « a colt »,  à l’expression malicieuse, un poulain morgan.

 


  Commentaires