Article proposé par Renata, paru le 11/03/2015 15:49:48
Rubrique : Culture générale, lu 2363 fois. 6 commentaires
Partager

La grâce, la légèreté et la poésie


 

 

 

 Marine Oussedik,

 

L’art à cheval et sur le papier

 

 

Depuis quatre saisons, le château de Montpoupon offre plusieurs reproductions au Concours d’Attelage de Tradition de Loches Beaulieu et Ferrière.

Encadrées, elles récompensent les vainqueurs dans leur catégorie, ravis.

 

 

 

 

 

Ce n’est pas un hasard si les dessins de Marine Oussedik sont bien connus ce côté de la Touraine : Amaury de Louvencourt, créateur du Musée de la vénerie, fut le premier à exposer ses œuvres dans la galerie parisienne de la Cymaise, il y a plus de 20 ans.

 

 

 

 

 

 

Cette carte de vœux est le déclic : trop belle pour ne pas vous parler de sa créatrice !

 

Vous trouverez beaucoup d’informations sur son site : http://www.marine-oussedik.net/

Avec un lien vers une émission que lui a consacré Equidia.

 

 

 

Je voulais en savoir plus sur son approche de l’attelage. Un courriel, une réponse, une conversation téléphonique, et Marine Oussedik raconte en toute simplicité sa passion inséparable des chevaux et du dessin.

 

 

Tout est parti, dès l’âge de cinq ans, d’une promenade à poney au Jardin du Luxembourg. Depuis, elle n’est jamais vraiment descendue de cheval et n’a plus quitté ses crayons et ses pinceaux pour dédier sa vie aux chevaux et à leur évocation.

 

 

 

 

Assise à son atelier, face aux écuries, elle s’imprègne des odeurs de toutes ses encres et de la présence de  Jefferson (SF) et Idaho (Lusitanien).

 

 

Après le manège de Neuilly où elle a débuté, puis le CE du Mont St Adrien, elle poursuit sa formation équestre en travaillant avec Michel Henriquet, Serge Cornut, Marie-Hélène Syre, Guillaume Henry, Sophie Bienaimé.

Elle aime travailler sur le plat, sa haute silhouette longiligne s’harmonise avec la stature imposante de Jefferson (1.78 m). L’équitation classique impose une discipline au cheval qui l’accepte volontiers si on la lui demande avec courtoisie.

 

Marine monte ses deux chevaux tous les jours, elle repousse leur vieillissement en douceur, dans le même respect de leur intégrité physique depuis ces longues années ensemble.

 

Paradoxe entre la discipline de son équitation et la liberté expressive de ses chevaux ? Juste beaucoup de travail, de sentiment, de passion et de talent.

 

Les dessins, les encres de Marine respirent la liberté, la hardiesse, et tant de délicatesse vibrante (encore un paradoxe !). Bien souvent le cavalier n’est pas représenté, les chevaux en profitent gaiement.

 

 

 

 

  

 

« Sous le soleil »

 

 

Elle ne dessine jamais sur photo, sauf : « Dans certains cas, le support photo est nécessaire (pour une voiture d’attelage spécifique ou un type de harnachement traditionnel que l’on ne peut inventer), mais il faut se détacher du modèle pour trouver une liberté. »

 

Ah oui, et l’attelage ?

 

Marine dessine des pur-sang arabes, des ibériques, des chevaux de course, de sport, de chasse, des chevaux qui dansent, et les animaux qui les accompagnent.

 

Elle connaît Alain Houard de longue date et dessine une nouvelle affiche des « Enfants de la lune » depuis le premier spectacle.

Pour les quarante ans de l’AFA, Christian de Langlade et André Grassart la contactent, elle accepte de créer une œuvre originale qui sera tirée à 100 exemplaires, signés de sa main, « le tandem », et devinez : aucune présence humaine !

 

 

 

Sur papier teinté, d’Égypte ou pailleté d’or, d’encre, de craie ou de mine de plomb…. Cela leur va très bien !

 

 

 

Florilège, pour notre plaisir :

 

 

« En attendant »

 

 

 

« Le cabriolet »

 

 

 

« Attelage à quatre » encre et « étude » encre, craie, mine de plomb

 

 

« Beach wagon » encre

 

 

« La halte » encre

 

 

  

« la meute » et « attelages » encre et craie

 

 

« La voiture à chiens » encre

 

 

« Le tridem » encre

 

 

Les chiens, petits ou grands, sont les compagnons complices et facétieux.

 

 

« Le sociable » encre

 

 

« Diptyque » encre crayon et craie

 

 

« La paire » encre

 

 

 

Elle admire Théodore Géricault, Cecil Aldin, Harry Elliot mais aussi Rembrandt Bugatti, sculpteur.

 

 

Géricault

 

                     

Aldin et Elliot

 

 

Bugatti

 

 

 

elle explore la matière pour modeler toutes les subtilités des formes galbées et gracieuses des chevaux et de leurs attitudes prestes.

 

 

 

 

Et, comme sur le papier, son style se reconnait aussitôt !

 

 

 

2015, Marine fête son demi jubilé, 25 ans déjà d’une riche vie d’artiste ! Une vie de création, d’expositions, de publications (de nombreux livres, dont beaucoup épuisés).

 

 

De nombreux événements se préparent pour elle, suivons son actualité sur son site, et découvrons-la un peu plus sur :

 

http://www.cavadeos.com/Loisirs/Culture/Paris-Bruxelles-Gien-Saumur-le-mois-de-Marine-Oussedik#sthash.EatBD1Nt.dpuf

ou

https://www.youtube.com/watch?v=gOwDM_eIBWo

 

ou en se plongeant dans son dernier livre paru en automne dernier, en collaboration avec Guillaume Henry, instructeur, édité chez Belin :

 

 

 

 

 

« On n’en voit jamais la fin, il y a toujours une progression vers quelque chose de mieux » dit-elle, cela nous promet des œuvres admirables à venir.

 

 

Chevaux d’encre, de couleurs, de sable, du vent, de rois, de rêve, chevaux pour la vie !

 


  Commentaires
-Magnifique... par Chevalandrieu (11/03/2015 17:04:43)
Merci Renata pour ce beau partage.
Nadine TOUDIC
-Merci par JeanClaudeGrognet (11/03/2015 17:14:14)
Bravo Rénata, un peu de douceur dans ce monde de brutes ça fait du bien.
-Superbe par Courcycoy (11/03/2015 17:35:24)
- - SUPERBE ! est un moindre mot .
-Vraiment ... par JeanClaudeGrognet (12/03/2015 08:24:36)
je ne me lasse pas de regarder ses dessins!
-MERCI par Atlantis (12/03/2015 19:41:54)
Vous nous faites un sublime cadeau!!
Cécile Pradaud
-gérard par GERARDJEANNE (13/03/2015 07:52:29)
BRAVO et merci.