Article proposé par Renata, paru le 16/03/2015 08:29:02
Rubrique : Culture générale, lu 3696 fois. Pas de commentaires
Partager

Les attelages du vase de Vix


 

 

 

Le cratère de la Dame de Vix

 

 

1953, en Bourgogne, au mont Lassois, un fabuleux trésor est découvert par Maurice Moisson (ça ne s’invente pas !), un trésor endormi depuis 2 500 ans, quand les habitants s’appelaient Gaulois ou Celtes.

 

Les mensurations de la pièce maîtresse de ce trésor en imposent : hauteur de 1.64 m, diamètre de 1.27 m,  poids de plus de 200 kg, contenance de 1 100 l, c’est le plus grand cratère au monde.

 

 

 

 

Le cratère est un grand vase qui servait à mêler le vin et l’eau.

Pouah, mettre de l’eau dans son vin, quel sacrilège !

Sauf que dans ces temps anciens, le vin était très alcoolisé, sirupeux et parfumé d’aromates, d’où la nécessité d’y ajouter de l’eau pour le boire dans une phiale (coupe sans pied ni anse), après l’avoir puisé avec une oenochoé (les œnologues s’y retrouvent !). Le cratère était fermé par un couvercle troué, telle une passoire, pour filtrer les plantes parfumantes.

 

 

 

 

Le décor composé de hoplites (fantassins) et de quadriges de soldats grecs signe l’origine du grand vase, arrivé du sud de l’Italie « en kit », en plusieurs parties, soudées à Vix, aux confins de la Seine et de la route de l’étain, dans l’actuelle Côte d’Or.

 

 

 

Le couvercle-passoire (14 kg) et la statuette (20 cm) qui était en son centre

 

 

Ce cratère de bronze, et bien d’autres objets luxueux, vaisselles, fibules, bracelets, anneaux, de fer, de corail, de schiste, de perles d’ambre, de diorite et de serpentine, veillaient sur une belle dame, une princesse sans doute, en son tombeau. Un torque d’or (collier ou couronne ?...) finement ciselé magnifie la collection.

 

 

  

Nous sommes bien cinq siècles avant notre ère

 

 

Prenez le temps de regarder ce reportage de 1978, à la rencontre de l’inventeur du trésor et de quelques experts, un reportage comme on n’en fait plus, attrayant, humain et poétique. Vous aurez aussi la réponse, touchante, sur le port du torque :

http://www.ina.fr/video/DXC9707013196

Un reportage réalisé pour une femme qui avait une authentique et réelle influence au cœur de sa civilisation.

 

La Dame de Vix reposait sur la litière d’un chariot. Recomposé, ce chariot révèle la fabrication aboutie d’un véhicule à quatre roues, et un avant-train mobile.

 

 

 

Reconstitutions du tombeau

 

 

S’il n’a pas la renommée du vase de Soissons, le vase de Vix, existe réellement* et raconte une histoire émouvante, celle de la mise au tombeau d’une dame de haut lignage, de grande importance, emmenant dans l’au-delà ses objets d’un quotidien policé.

 

 

De toutes récentes fouilles à Lavau près de Troyes (Aube), viennent de mettre à jour une sépulture comparable à celle de Vix.

 

Les témoignages du passé charpente notre civilisation….

 

 

Découverte à Lavau

 

* il a même son site : http://www.vasedevix.fr/

 


  Commentaires