Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 21/12/2009 19:49:40
Rubrique : Culture générale, lu 3388 fois. Un commentaire
Partager

L'Art de Mener


 

 

 

         L'art de mener du  XIX eme siècle, l'âge d'or du transport hippomobile, n'a de toute évidence rien à voir avec l'art de mener au XX ème et XXI ème siècle.    

         Hier, Max Pape, Edwin  Howlett et  Benno  von Achenbach, aujourd'hui  Exell  Boyd , Isjbrand Chardon et d'autres sont les garants de notre art, tout simplement parce que la finalité de l'utilisation du cheval n'est plus la même.

        Hier l'utilisation du cheval "d'attelage" dans  le transport public ou privé"….aujourd'hui l'utilisation du cheval d'attelage dans des épreuves sportives avec les concours d'attelage.

          "Cheval d'attelage" !   je préfère de beaucoup ce terme à celui de "cheval de trait " qui me semble plus réservé au chevaux de races "lourdes" même si d'évidence tous les chevaux attelés sont des chevaux de trait par définition.

         Hier l'utilisation du cheval d'attelage en ville ou à la campagne, pour des usages différents, transporter des voyageurs de ville en ville, parader dans les allées du Bois de Boulogne,  passer le Saint Gothard avec tous les risques liés aux chemins, aux dénivelés avec pour simple secours que l'avaloir ou le sabot d'enrayage, ou bien encore les défis que se lancaient  bourgeois et nobles à travers les rues de Paris, ou chacun pouvait exprimer et faire preuve de sa dextérité à mener les 4 chevaux d'un coach…  pas de frein, pas  "d'attitude " particulière demandée aux chevaux: savoir tourner, remiser, entrer dans une porte cochère d'une rue étroite, développer le fouet et le rassembler dans la main, utiliser si besoin la "mécanique" étaient les signes d'une grande maitrise de son attelage, d'un grand Savoir.

 Aujourd'hui les meneurs,  mis à part ceux qui pratiquent l'attelage de Loisir ou l'Attelage de Tradition  ont d'autres impératifs. Le  déroulement d'une  reprise supérieure demande d'autres qualités et d'autres moyens. Les enchaînements demandés aux meneurs d'aujourd'hui   lors d'une reprise de dressage, d'un marathon ou d'une maniabilité,  exigent  de par la succession des figures beaucoup de technique et de vitesse dans la technique.  Une aide artificielle mécanique  (frein à pied),  est nécessaire et les meneurs d'attelage à 4 chevaux n'ont pas le temps matériel  de développer l'art du maniement du fouet. Sans compter  l'exigence d'un juste fonctionnement physique du cheval (orientation de la ligne du dos) demandé par les juges. Aujourd'hui 3 trots  sont parfaitement définis et codifiés: trot de travail, trot rassemblé, trot allongé.

         Gardons nous de toutes comparaisons  de valeurs, elles seraient  mal venues et sans intérêt.  

         Pourtant l'Attelage de Tradition d'aujourd'hui  m'interroge et me navre. Il perd ses racines en voulant jouer "au sportif" avec par exemple, les parcours de maniabilité. Les belles voitures  accompagnées de chevaux bien toilettés à défaut de chevaux "bien mis", de beaux harnais, des passagers en toilette suffisent  à mes yeux de novice, et j'ai toujours plaisir à entendre les explications d'un spécialiste comme Monsieur Libourel.

 Dès lors le "m'as-tu vu "  souvent  perceptible chez les   meneurs de Tradition   ne me gène pas si le spectacle est de qualité. Après tout le meneur sportif est bien lui aussi en recherche de "reconnaissance"   du public et des médias.  J'ai du  respect pour celui qui veut faire les choses "bien au mieux de la Tradition ", le  même respect  est du  au meneur sportif, pour tout son engagement physique et moral à la recherche de la performance.

  Notre  jugement de l'Art de Mener façon d'hier ou d'aujourd'hui se fait d'un attelage et de son meneur, soit en situation statique,  soit en situation  dynamique. La Présentation statique  est toujours présente dans l'Attelage de Tradition, c'est un moment très important du concours. Elle a disparue de l'Attelage Sportif (sauf pour la Coupe Alpes et Danube, mais elle ne compte pas dans le classement).

         Cette disparition est dans la logique des choses avec  le développement de l'attelage sportif. Les voitures modernes   présentent des modifications techniques importantes afin de répondre aux exigences de la performance: freins à disques, timons, roues métalliques, blocage d'avant train. Même sous l'argument de la sécurité, toutes  ces modifications   seraient reprochables au propriétaire d'une voiture ancienne. Je déplore toutefois la disparition de la Présentation statique pour le niveau amateur dans les concours sportifs, pour des raisons évidentes de pédagogie et de culture générale.

         La Présentation dynamique a sa  notation lors de l'épreuve de dressage d'un concours sportif. Le juge appréciera l'ensemble de l'attelage avec une note globalisant les tenues, les harnais et leur ajustement, certains juges seront focalisés sur un point particulier: mors, harnais. C'est la fameuse dernière note du protocole de dressage mais elle n'intervient que très peu dans la note finale.

         La Présentation dynamique en Attelage de Tradition n'existe pas au sens que l'on pourrait lui donner selon les critères du XIX ème siècle : remiser, utilisation du fouet, tenue et maniement des guides, garnir et dégarnir  dans les règles de l'art et pourquoi pas  façon Relais de Poste….  

         On peut  déplorer  cette absence, car on attend de ceux qui s'adonnent et se passionnent pour l'Art de Mener en Tradition, la conservation  du  patrimoine culturel tant dans la conservation des voitures que dans l'Art d'utiliser le cheval d'attelage.  

         mais ce n'est que mon avis …

JCG

 


  Commentaires
-vous avez ditTradition par Jasko (19/12/2014 19:55:55)
vous avez bien raison....