Article proposé par Renata, paru le 23/01/2013 11:59:31
Rubrique : Culture générale, lu 5785 fois. 3 commentaires
Partager

L'attelage d'autruche n'a plus de secrets


 

 

         Morinj pose de bonnes questions, y répondre s’avère un peu compliqué… Il n’empêche, c’est un challenge, et un plaisir, de repartir à la recherche de nouvelles informations.

 

         Sur les moteurs de recherche, la formulation de la demande détermine les résultats, il faut parfois faire de grands détours pour tomber sur des petits trésors, ou rien.

 

Voici d’abord de nouvelles photos :

 

Le pionnier de l’aviation, Alberto Santos-Dumont aux guides

 

 

Avec ou sans bride, telle est la question !

         Le long cou de l’autruche est son talon d’Achille, un méchant coup l’estourbirait pour de bon. 

         Dans les conditions de courses, je suppose que les guides raccourcies à l’excès contraignent l’oiseau à ralentir et s’arrêter, s’il devient incontrôlable. D’ailleurs, les guides passent par des anneaux à la base du cou. Mais peut-être s’agissait-il de copier le harnais du cheval.

 

         Malgré le bec cloué, je reste dubitative sur la direction vue la souplesse de « l’encolure »…

L’oiseau coureur peut vivre jusqu’à 50 ans, je présume que de vieilles autruches blasées officiaient le dimanche pour distraire les chalands dans les parcs publics et les fermes d’élevage...

 

 

« Hurricane, l’autruche la plus rapide de l’ouest » !

 

Hélas, je n’ai pas découvert de traité « dressage et menage de l’autruche ».

 

 L’espoir revient avec  l’article américain « News of the weird from St. Augustine's past: Casper's Ostrich Farm featured 'prettiest girl in racing' » de Sheldon Gardner, en janvier 2012. (Je n’ai pas reçu de réponse au courriel que je lui ai adressé).

 

Avouez Messieurs, que la discipline commence à vous intéresser !

 

 

 

         La « prettiest girl », c’est Betty Herman, qui dans les années 50, participe à une course (quart de mile) à Rockingham (NH USA). L’autruche est issue de la ferme de Jim Casper, qui compte alors 48 oiseaux.

 

          « 18 mois étaient nécessaires pour entraîner les oiseaux qui étaient menés comme un cheval, avec un sulky et un harnais. Les autruches sont plus rapides que la plupart des chevaux sur de longues distances, rapporte un certain Bryan. Il a fait courir ensemble autruches et chevaux et a remarqué  que les autruches dépassaient les chevaux de 100 yards, après un quart de mile.

         Mais les courses d’autruches n’étaient pas prévues dans le plan.

 

         Jim Casper, éleveur d’alligators, a commencé à élever des autruches pour le commerce de leurs plumes.

         Quand ses autruches sont tombées malades, il fit venir Fred Anderson « un vétéran de l’autruche » pour les soigner, il décida que les oiseaux avaient besoin d’exercice. La course fut la solution. »

 

         C’était les années 50, mes recherches ne révèlent pas si les éleveurs du début du siècle 20ème étaient arrivés à la même conclusion…

 

         Sachant la volonté des hommes à dominer et à rentabiliser, les courses ne sont-elles pas un moyen lucratif et divertissant d’utiliser ces animaux qui veulent bien courir, mais jamais trop longtemps ? Ils deviennent vite indisciplinés : 

http://www.toppeo.com/video-course-autruche-4503.html

 

         Les oiseaux attelés étaient peut-être imprégnés par l’homme à leur éclosion, telles les oies de Konrad Lorenz. Malgré son aspect bonasse et ballot, l’autruche reste un animal sauvage, en voie de disparition, avec des réactions parfois dangereuses, adoucies par un côté frivole : elle adore les objets brillants !

 

         Cette vidéo explique comment se déroulent les courses, sur de courtes distances, et le camion au bout pour récupérer les animaux.  La caméra embarquée en fin de film offre un moment jubilatoire :

http://www.lestontonsdusport.fr/autres-sports/la-tres-acrobatique-course-dautruches-201207251146/

 

 

         La viande, le cuir (luxueux), les œufs (consommés ou décorés), les plumes et plumeaux, les courses, les zoos, est-ce là l’avenir de l’autruche ?

 

         Très sérieusement, la FAO indique que des études médicales sont menées sur l’autruche : les tendons de ses pattes pour remplacer des tendons humains, sa cornée pour des greffes sur notre œil (son excellente vue et la taille de l’organe sont compatibles), son cerveau qui produit une substance étudiée pour le traitement de la maladie d’Alzheimer et autres types de démence…

 

         L’autruche, qui évoque trop souvent la dérision et la moquerie, nous sauvera-t-elle de la sénilité ? Lui ériger une statue est une évidence !

 

Sculpture de Jonathan Hateley

 

 

         Je vous recommande un site d’élevage sarthois, joliment fait, qui commence avec le concerto de Mozart entendu dans « out of Africa », rien de moins :

 

http://club.quomodo.com/la-vallee-des-autruches/notre_elevage_/notre_elevage_d_autruches_en_sarthe

 

 

         Cher Morinj, j’ai trouvé cette autruche-là pour vous. Sauf dysfonctionnement, elle ne vous fera pas de misère !

 

 

Et j’ai craqué pour cet autruchon mignon !

 

 

 


  Commentaires
-lien par JeanClaudeGrognet (23/01/2013 12:02:40)
le lien qui ne fonctionnait pas est de nouveau actif.
Cela dit je préfère les petites que les grosses, impressionnantes ces bestioles !
-paulo par Paulo (23/01/2013 13:53:37)
Un jours , il y en auras peut être sur le terrains de concours ,et ce seront les chevaux de traits qui seront dans les zoo
-Bravo et merci pour ces recherches par Morinj (23/01/2013 21:02:49)
chère Renata, je suis admiratif du travail de recherche effectue et de cette nouvelle documentation fournie aux lecteurs d'attelage.org et qui répond a ma curiosité
C'est toujours un plaisir de vous lire et d.apprendre.
L.autruche est vraiment un animal impressionnant qui aura gagné en notoriété à être passée par votre plume