Article proposé par Labbe, paru le 30/09/2005 15:58:01
Rubrique : Technique, lu 1485 fois. 6 commentaires
Partager

Organisation du bureau des calculs


 

  Commentaires
-de l'utilisation de la vidéo... par Gilbert (30/09/2005 17:09:20)
on peut effectivement penser qu'une vidéo permet d'avoir une vue 'exacte' de ce qui s'est passé, mais qu'en est-il en dressage ? Vis à vis de la place qu'occupait le juge et de l'interprétation qu'il fait de ce qu'il voit dans l'instant ? Si on reprend ce qui était dit dans le précédent article, on peut penser qu'utiliser la vidéo pour corriger en faveur d'un concurrent capable de présenter la vidéo de son parcours serait potentiellement défavorable aux autres qui n'en ont pas la possibilité. Je me garde toujours de faire des commentaires sur des notes mises par d'autres juges au vu de la vidéo... et en tous cas de modifier mes propres notes.
Qu'en penser ?
-Entièrement d'accord par Labbe (30/09/2005 21:19:22)
La video ne se conçoit, à mon sens, que pour établir l’existence de faits objectifs. Il ne peut, en effet, pas être question de revenir a posteriori sur l’appréciation subjective du dressage.

Ceci devait être précisé, merci de l’avoir fait !
-... appréciation subjective du dressage... par Gilbert (30/09/2005 21:48:03)
Voilà qui rique d'en faire bondir plus d'un ! Puis-je ne pas être entièrement d'accord ? la notation du dressage (monté en tous cas, mais je pense qu'attelé ce doit être similaire) est basée sur des observables qui sont rapidement définies sur les protocoles et plus détaillées dans les réglements et cours de juges. Ces observables sont d'une part générales (attitude, impulsion, soumission...) et d'autres part spécifiques à chaque figure (incurvation, engagement latéral...). J'imagine qu'un bon juge est celui qui est capable de se baser sur ces observables pour rapidement retenir les faits marquants (positifs et négatifs) d'une figure, de les synthétiser en un commentaire puis en une note.
Certes ce n'est pas mathématique, mais ce n'est pas subjectif non plus, seulement entaché des imperfections liées au niveau de perception et de synthèse de chaque juge. La formation et la pratique sont là pour diminnuer la part aléatoire liée à ces imperfections. Mais pour avoir aussi tenu les comptes de gros concours et avoir par goût fait des statistiques sur les notes, les différences d'appréciation et avoir souvent eu des retours des juges eux mêmes, je peux affirmer que souvent la part aléatoire est très faible, les variations étant expliquées par une position différente ou l'importance accordée sur une figure ou une autre à certaines observables.
Mais c'est un vaste débat sur lequel il y aura toujours des contre exemples !
-mouais.. par Tonton (30/09/2005 22:08:43)
ben quand on en sera là ! Dans les notations en dressage monté (dans les reprises supérieures) les écarts entre les juges sont me semble t il, relativement faibles et ces écarts peuvent facilement s'expliquer par les positions différentes des juges. Quelles sont les raisons pour lesquelles en attelage les écarts sont trop souvent importants d'un juge à l'autre ? Est ce que les critères ne sont pas assez définis? est ce que que chacun "exprime" sa propre sensibilité ? Que faudrait il mettre en oeuvre pour améliorer la situation ?
-L'objectivité dans les jugement en Dressage : la bouteille à encre ? par Labbe (01/10/2005 10:58:51)
C'est un sujet éternel et passionnant : nous en débattons déjà alors que l'extrait du cours propre au Dressage n’est pas encore publié. … Ca promet !

Je m’en réjouis, et je l’écris au premier degré car échanger des avis divergents en essayant de comprendre le point de vue des autres restera toujours la meilleure façon de faire avancer la question. C’est le cas dans ce débat.

Dans le jugement du dressage, il faut essayer de diminuer les différences d’appréciation sur les questions importantes. Là dessus, pas de doute. Mais il faut par ailleurs lutter contre le « rock’n’roll » du juge prudent qui ne sort que des 5, 6 et 7 : il ne fait pas assez de différence entre les bons et les autres. Pour en arriver là, il faut de l’expérience et de la sérénité.

Suite au prochain numéro !
- par Epona (02/10/2005 14:28:04)
quoi que l'on méttre en oeuvre pour améliorer la situation qu'elle que soi les critéres il retera toujour la sensibilitéde l'être humain