Article proposé par Heliosness, paru le 04/12/2016 09:01:06
Rubrique : Reportages, lu 651 fois. 11 commentaires
Partager

CAIW BUDAPEST Simonet à un cheveu de Ronde


 

CAIW Budapest : Simonet à un cheveu de Koos de Ronde.

         Pour la troisième étape de la Coupe du monde d’attelage à 4 en salle qui se déroule ce weekend dans le palais des sports de Budapest, six concurrents sont en lice. Le Néerlandais Koos de Ronde fait son entrée sur le circuit tandis que nous retrouvons le Belge Edouard Simonet, les deux Hongrois Jozsef jr Dobrovitz et son père Jozsef Dobrovitz ainsi que l’Allemand Rainer Duen qui en est à sa troisième étape de la saison.

         Un Hongrois, Miklos Juhasz concourt en invité national avec une Wild Card. Les spectateurs ne sont pas aussi nombreux qu’à Stockholm mais le spectacle passe à une heure tardive ; ils ne sont pas non plus aussi enthousiastes. Pas de cris de ferveur ni de viva ni de hourras. La famille Dobrovitz est pourtant fort présente dans ce sport et depuis longtemps.

         Le parcours dessiné par le Chef de piste Gabor Fintha comporte 12 portes en tout : 1-2-3-4-5A-B-C-D-E-6-7A-B-C-D-E-8-9A-B-10-11-12  dont 3 obstacles type marathon, portes 5, 7 et 9. Les deux premiers obstacles sont longs. Le troisième fait perdre du temps car il consiste à effectuer une volte très près de la lisse. J‘ai l’impression que ce parcours est peu flatteur. Néanmoins, il semble privilégier la technique et une excellente anticipation plutôt que la vitesse.

         Parmi les difficultés, la porte numéro 3 fait perdre des points ; elle est en aveugle. La piste est courte, encombrée, certaines portes très près de la lisse. La porte 10 collée à l’obstacle 1 m’avait semblé à risque, mais non, personne n’a oublié sa présence. Les trois parcours conçus jusqu’ici, à Stuttgart, Stockholm et Budapest, sont très différents les uns des autres. C’est intéressant.

         La compétition de ce premier jour comporte deux courses identiques.

 Joszef Dobrowitz

         Je n’apprécie décidément pas la manière dont les Hongrois mènent en compétition. Ils sont brutaux dans leurs gestes, crient et usent inutilement du fouet. Ils tirent sur leurs guides encapuchonnant les chevaux de volée. Ce n’est ni beau ni efficace. Ils le font par manière d’être, non par méchanceté car ils n’oublient pas de tapoter les fesses de leurs chevaux à la fin, mais c’est désagréable de les voir pousser ainsi leurs Lipizzans qui sont pourtant très vaillants.

 Joszef Dobrowitz Jr

Junior qui m’avait paru plus modéré que son père lui ressemble de plus en plus. Les mêmes gestes, les mêmes traits, les mêmes cris, les mêmes trajectoires, le même manque de considération pour le bien être du cheval. Il se lève de la même façon que lui de son siège à la fin du parcours. Jozsef Dobrovitz senior est le champion des tombants, il en fait tomber à chaque fois, mais c’est peut-être en raison de son infirmité puisqu’il ne voit que d’un œil.

         Rien à noter chez le troisième Hongrois qui utilise de grands KWPN, chevaux un peu lourds pour l’Indoor mais très élégants qui ont beaucoup d’allure, à voir au Dressage assurément. Il a renversé le cône droit de la porte numéro 6 au second tour. Il semble légèrement empêtré dans ses boucles de guides, quittant la piste du regard pour les observer, ce qui nuit, forcément.

         Rainer Duen n’est pas très à l’aise sur ce parcours. Il reste dans les mêmes anticipations approximatives et fera un temps similaire aux deux étapes précédentes. Je n’ai pas compris pourquoi il faisait reculer son attelage avant de démarrer les courses. Au second tour, il commence par envoyer voler la première porte.

           Edouard Simonet

         Les deux qui font vraiment plaisir sont Koos de Ronde et, surtout, Edouard Simonet. Ce jeune Belge a beaucoup pris de Boyd Exell. Il mène ses chevaux exactement de la même manière, avec une apparente décontraction dans la concentration, un calme olympien, une assurance dans ses anticipations, des courbes larges et fluides. Cependant pas assez larges encore, ce qui lui coûte la première place car pour aller plus vite, il faut prendre plus large. Ce que fera Koos de Ronde qui lui, n’a eu aucune hésitation dans les changements de pieds, et de main donc, au contraire de Simonet qui a perdu une fraction de seconde entre les portes 2 et 3, ses chevaux de volée partant à droite trop tôt puis se reprenant.

         J’avais déjà remarqué à Stockholm que Boyd Exell prenait plus large que Simonet et allait beaucoup plus vite dans des trajectoires courbes. C’est le cercle la base de la vitesse, pas les lignes brisées qui, bien que très courtes de brisure, ralentissent la course. Les chevaux de Simonet avancent exactement de la même façon que ceux de son entraineur, ils ont les mêmes amplitudes, la même souplesse, les mêmes accélérations et ralentissements, la même façon de lever les jambes… Ce ne sont pourtant pas des KWPN !

          Edouard a encore un tout petit souci de précision qui lui fait tomber une balle, mais il ne manque vraiment pas grand-chose à ce jeune homme pour qu’il devienne très vite l’un des 5 meilleurs mondiaux. Enfin un jeune homme qui nous fait une très belle démonstration sans se servir de son fouet et sans vociférer. Ses équipiers sont remarquables également, on assiste à un travail d’équipe bien huilé. Au second tour, il a gommé les petites imperfections du premier tour et j’ai bien cru qu’il réussirait à gagner mais il finit second de ce warm up. Il a mis 137 secondes, mieux que Koos au premier tour. Vivement sa prochaine prestation dimanche !

   Koos de Ronde a été le meilleur parce qu’il est entré de suite à très vive allure avec des chevaux qui voulaient en découdre, manifestaient de l’impatience à commencer l’épreuve, semblaient vraiment jouer et que son expérience lui a permis de maintenir cette vive allure tout au long de la course. Ses options larges vont avec la vitesse. Il rentre à fond dans les obstacles. Il est plus rapide que Simonet dans ses mains, plus à l’aise avec les boucles de guides. Mais, à mon avis, il va trop vite pour ses compétences et se met en danger d’accident. Avant la porte 11 il a vraiment frôlé la palissade. Le Belge a l’élégance, le Néerlandais l’intrépidité. Qui vaincra demain ?

         Les résultats du second tour qui est le tour qui détermine l’ordre de passage de la finale de dimanche

WARM UP

ATHLETE

TEMPS

PENALITES

TOTAL

ORDRE DE DEPART DE LA FINALE

1e

Koos de Ronde

135,49

0

135,49

6ème

2ème

Edouard Simonet

137,44

5

142,44

5ème

 

3ème

Jozsef junior Dobrovitz

144,17

5

144,17

4ème

 

4ème

Jozsef Dobrovitz

139,0

5

144,50

3ème

 

5ème

Rainer Duen

148, 23

10

158,23

2ème

 

6ème

Miklos Juhazs

170,34

20

190,34

1er

 

Voici les résultats affichés à l’issue du second tour mais à vérifier, la FEI n’ayant pas à cette heure enregistré les résultats, car le chrono affiche 144,17 pour junior Dobrovitz alors qu’il a fait tomber une balle ce qui porte son temps à 149, 17 et le placerait 4ème derrière son père et donc devant lui lors du passage de dimanche.

C’est ça le direct !

©Heliosness                    

 

 

 


  Commentaires
-Merci mais dommage ! par GroomAline (04/12/2016 22:20:10)
Merci pour tout le travail réalisé afin de nous informer de ce qui se passe dans cette compétition particulière de la coupe du monde Indoor (et les autres).
je souhaite qu'Edouard puisse nous montrer tout son talent, dommage que la seconde manche finisse avec 3 balles. il finit donc Budapest à la 3me place derrière M. DOBROVITZ Père.
Dommage le commentaire sur l'infirmité de M. DOBROVITZ père. Ce handicap ne lui interdit pas les compétitions, et même s'il fait quelques balles, nous lui devons le respect. les mots utilisés ne sont pas les bienvenus.
mener 4 chevaux à plein galop dans des arènes aussi réduites est un exploit renouvelé. et son handicap n'est que plus respectable et plus honorable.
à très bientôt
Jean-Luc
-Non mais ... par JeanClaudeGrognet (05/12/2016 08:17:25)
Vraiment je ne vois pas où est l'injure et le manque de respect !
-Explications complémentaires par Heliosness (07/12/2016 02:34:34)
Bonjour Jean-Luc,
Je n'ai peut-être pas suffisamment bien expliqué que je cherchais une explication à ce qui semblait être une succession de mauvaises anticipations de la part de J Dobrovitz dont j'ai attribué la cause, sans doute abusivement, à sa vision monoculaire, sans penser à mal puisque cette information est précisée sur sa fiche FEI, simplement parce qu'une vision binoculaire et une vision monoculaire ne permettent pas la même perception de l'espace et des distances. Chacun peut en faire l'expérience en fixant un objet et se masquant un oeil puis l'autre, puis aucun, il aura l'illusion que l'objet s'est déplacé.
J'ai peut-être une autre explication, meilleure je pense. En effet, à Budapest, Dobrovitz n'a pas utilisé les mêmes chevaux qu'à Stockholm. Il a placé Incitato Pandur (12 ans) en volée gauche, Platon (9 ans) en timonnier gauche alors qu'ils étaient à droite à Stockholm et a remplacé ses deux Lipizzans Ikar et Kinzhal par deux chevaux qui ne lui appartiennent pas, une jument de 7 ans, Kiskednes, en volée droite qui n'avait jamais effectué ce genre de compétition et qu'il n'avait que pour quelques jours et Pottom, 11 ans, au timon droite.
Dobrovitz s'est félicité d'avoir eu l'idée d'effectuer ces changements car le team a été selon lui beaucoup plus efficace que le précédent, à l'évidence. Nous en saurons plus après Genève puisqu'il y reprend son précédent team dont l'un des chevaux sera peut-être changé pour Conversano Pedro.
la suite à l'issue de ce weekend.
Merci de votre questionnement, même s'il ne cadrait pas avec mon état d'esprit.
A bientôt j'imagine...
H.
-meme avis par Duchesse (05/12/2016 08:28:33)
je suis du meme avis que groomaline qui peut faire des commentaires ou porter un seul jugement sur un ou des meneurs de team au niveau mondial depuis maintes années
-sauf duchesse... par JeanClaudeGrognet (05/12/2016 09:02:49)
... sauf que ce n'est pas le sujet des regrets de GroomAline .
-reponse par Duchesse (05/12/2016 10:01:19)
je pense que ca en fait partie a moins qu il y ait plusieurs definitions des mots commentaire et jugement
-infernal par Heliosness (05/12/2016 09:48:59)
Cette propension à vouloir à tout prix trouver des injures où il n'y a que des tentatives d'explication pour mieux comprendre est agaçante. Posez-vous la question de savoir avec quelles intentions vous lisez un article avant de me prêter, à moi, des intentions malveillantes QUE JE N'Ai PAS.
Merci néanmoins de vous être exprimés. Du dialogue jaillit la lumière. Les commentaires techniques me permettraient d'affiner mes analyses...
-reponse a heliosness par Duchesse (05/12/2016 10:06:02)
je pense que des reponses techniques ne peuvent etre apportées que par des personnes sachant mener a 4 au minimum et mieux encore de ce niveau pour emettre une analyse technique a bon entendeur ...il faut savoir rester a sa place
-analogie par Heliosness (05/12/2016 11:03:59)
Le critique d'art n'est pas lui-même un artiste.
Le journaliste politique ne sort pas de l'ENA.
Savoir observer et mettre en mots ce que l'on a observé ne signifie pas autre chose que proposer une analyse. Je ne me suis jamais positionnée comme "experte" de la discipline. Mes analyses n'engagent que moi.
Je suis à ma place et je sais m'y tenir.
Je ne répondrai plus aux agressions et attaques personnelles non qu'elles m'affectent mais elles sont simplement déplacées et hors de propos.
-à Duchesse ... par JeanClaudeGrognet (05/12/2016 11:35:43)
Heliosness s'exprime dans les colonnes d'attelage.org et je m'en félicite. Elle y apporte son style, et au travers de ses articles ce qu'elle aime ou ce qu'elle n'aime pas, et c'est bien comme cela. Comme le dit justement Heliosness, les reporters, les journalistes, les critiques, ne sont jamais des "maîtres de l'art" , mais ils rapportent, exposent, analysent ou comparent...
attelage.org continuera donc de s'exprimer comme il l'entend, sur tel ou tel sujet ou sur tel ou tel personne ...
Fin de la polémique.
-!! par Duchesse (05/12/2016 12:22:16)
site libre d expression mais ce n etaiT "que mon avis" comme il est politique de dire ce qui entrainne effectivement la fin de la polemique