Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 01/06/2018 07:54:32
Rubrique : Reportages, lu 713 fois. Pas de commentaires
Partager

KEISPELT, les poneys étaient de sortie !


 

         Keispelt  à seulement quelques kilomètres de Luxembourg  est un concours champêtre. A mon arrivée mercredi, juste pour la visite vétérinaire, je constate vite que le label 3* est surestimé: carrière de dressage en légère pente, espaces de détentes réduits, obstacles "légers et vides"  (ils seront terminés et légèrement décorés  le vendredi). Mis à part l'énorme tableau d'affichage des résultats de Philippe Liénart, et une grande tente pour accueillir le public, le concours manque un peu "d'étoffe" et de décoration. Côté positif, il y a une concurrence étrangère intéressante,  on  trouve de quoi s'abreuver et se sustenter à prix raisonnables, et l'accueil des organisateurs est sympathique. Un sellier allemand est arrivé le vendredi  exposer son matériel.  

La carrière principale, la carrière de détente et le paddock

         Les meneurs de toutes nations qui  ont déjà vécu des expériences internationales font un peu la moue, en raison du  signalement 3* encore une fois un peu surfait. Toutefois, Keispelt  est une bonne entrée pour ceux qui veulent découvrir un concours "à l'étranger", avec le surplus d'adrénaline qu'il peut provoquer. Il faut se féliciter de voir des meneurs poneys ayant des ambitions internationales sortir de l'hexagone, ce n'est pas si fréquent. Pour le concours, aux organisateurs d'ajuster le tir dans les prochaines années.  

         Delphine de Jotemps a fait un bon concours pour sa première participation internationale hors hexagone. Elle termine 5 ème. D'une manière générale l'ambiance française était très solidaire et conviviale.

         Delphine de Jotemps: " Je suis contente du résultat, je n'en espérais pas tant! Je ne connais pas Claire Lefort depuis longtemps, les poneys nous ont rapprochées. J'ai beaucoup d'admiration pour ce qu'elle fait, elle met la catégorie des poneys en valeur et c'est aussi très bien d'avoir des attelages poneys à l'étranger, c'est bon pour la promotion. Lorsque j'ai cherché cet hiver un concours à l'étranger et que Claire m'a dit qu'elle était partante pour Keispelt, on a décidé de faire équipe. Aller pour la première fois à l'étranger avec quelqu'un d'expérience est important. Nous avons appris que Karine Poentis était également partante pour ce concours, le groupe s'est donc élargi tout naturellement. J'ai demandé à Claire un regard extérieur sur mon poney pour faire la meilleure reprise possible. Carine et Claire m'ont accompagné et m'ont donné confiance sur toutes les épreuves. La maniabilité était difficile, très technique et très rapide. C'est l'une des maniabilité les plus difficiles que je n'ai jamais faite. Au marathon, nous avons retrouvé une vraie phase A, un circuit de 7 km vallonnés dans un cadre superbe. Les obstacles étaient très difficiles à mémoriser, c'était un ensemble de piquets peu décorés. Les copines m'ont  aidée pour conserver une concentration encore plus indispensable sur ce type d'obstacles. Il faut également citer le grand panneau d'affichage de Philippe Lienart qui annonçait les résultats sur les obstacles en temps réel, le public assez nombreux a apprécié.  C'est vrai que nous sommes avant tout un sport individuel, et que nous sommes au final des concurrentes, mais cette ambiance d'équipe m'a été très profitable pour la réussite du concours. J'en ai tiré beaucoup d'expérience." 

 

Delphine de Jotemps et Claire Lefort                                                                               Ils sont venus encourager les autres

         Karine Poentis a lancé avec succès sa saison 2018, elle termine  à la première place. Elle partira pour l'Allemagne à la suite du concours, afin de "déposer" ses poneys  chez Mickaël Freund avant le concours de Lahden.

         Karine Poentis: "Mickaël Freund est venu régulièrement chez moi cet hiver, et comme la météo n'a pas été très favorable, Claire m'a invitée sur ses installations. Elle en a profité pour montrer ses chevaux, on a donc travaillé ensemble en s'observant l'une et l'autre. Il a été facile sur le concours de nous rappeler les directives et enseignements de "Mischa" (Mickaël Freund). On a aussi beaucoup partagé sur les reconnaissances maniabilité et obstacles avec Delphine. Elle rentre dans "l'équipe" avec beaucoup d'humilité, elle est très à l'écoute de ce que l'on peut lui apporter. C'est très agréable tant pour elle  que pour nous, qu'elle arrive avec cette attitude... ce n'est pas une qualité universellement partagée. On sent qu'elle connaît " le sport " et qu'elle a fait de la compétition dans d'autres disciplines. L'équipe a aussi été très solidaire avec tous les incidents que nous avons connus. Delphine a proposé après l'accident de Claire de changer nos grooms pour des grooms de plus d'expérience. Henri son mari a donc fait la mania avec moi, et j'ai fait le marathon avec Yannick le mari de Claire. Finalement ce bon état d'esprit on a des difficultés à le créer chez les poneys parce que nous sommes pas souvent ensemble à l'étranger. Les stages de cet hiver avec Mischa nous ont aussi beaucoup rapprochées. Sur ce concours j'avais mes jeunes poneys, et j'ai aussi été très contente de trouver une assistance auprès d'elles."

 

Karine Poentis

         Claire Lefort fait une bonne reprise de dressage avec Oulala derrière les 2 pointures internationales que sont Marissa Schudling (Ned) et Cédic Scherrer (Sui). Elle en a toutefois terminé prématurément  son concours, en se renversant (sans gravité) sur la maniabilité. Quatre autres attelages se renverseront  sur les obstacles de marathon. Pas de quoi polémiquer pourtant, c'est aux meneurs de gérer les vitesses et de conserver le contrôle de leur attelage en toutes circonstances. La tendance aux marathons plats et techniques aurait elle fait perdre la connaissance de la gestion des trajectoires sur les terrains pentus ? 

Claire Lefort et Oulala

 

Ludovic Huet, Marie Ange Risch et Antoine Jeanson pour qui c'était une première sortie internationale ont connu des fortunes diverses.

Marie Ange Risch, Ludovic Huet et Antoine Jeanson

         JCG


  Commentaires