Article proposé par IFCE, paru le 08/07/2020 08:33:13
Rubrique : L'attelage de Tradition, lu 793 fois. Un commentaire
Partager

Reportage à VERS PONT du GARD: comment les voitures ont été fumigées


 

 

La fumigation, opération nécessaire pour la préservation des voitures hippomobiles Haras nationaux

 

Valoriser le patrimoine équestre est l’un des objectifs de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE). Le patrimoine matériel et immatériel de l’IFCE relatif à l’attelage fait l’objet d’un programme d’actions engagé depuis 2017. Composante du patrimoine matériel de l’IFCE, les véhicules hippomobiles stationnés à Vers-Pont-du-Gard ont bénéficié d’une opération d’envergure sous la houlette des référents patrimoine de l’IFCE.

 

Une centaine de voitures traitées

Depuis le stockage de ces véhicules en 2017, les équipes ont observé une infestation par des insectes xylophages. "On pouvait voir d'importantes concentrations de sciure dans les voitures et à proximité", rapporte Philippe Roche, référent patrimoine à l'IFCE. "Nous avons décidé d'étudier la faisabilité d'un traitement contre ces insectes. Le traitement le plus adapté était la fumigation, c'est à dire le gazage avec du Vikane, de toute la collection".

La fumigation consiste à traiter les voitures hippomobiles anciennes contre les insectes xylophages, mais aussi les harnais canoniques issus des selleries d'honneurs des sites historiques et d'autres bien culturels. Cette opération a nécessité la mobilisation des référents patrimoine de l'IFCE et l'intervention de la société ATH.

 

Une préparation minutieuse pour une opération périlleuse

La préparation en amont a été effectuée par les référents patrimoine Freddy Moreau, Franck Salmon, Hervé Rabaud et Philippe Roche à Vers-Pont-du-Gard. Ces derniers ont nettoyé les 101 véhicules selon les préconisations de la société ATH. Le gaz agissant sur les pièces en bois mais aussi sur les pièces organiques comme le cuir, il a fallu dépoussiérer et nettoyer le cuir conservé dans les cantines, qui contiendront elles aussi le gaz employé pour la fumigation.

 

 

Le jour du traitement, une grande bâche a été installée au sol ainsi que des moquettes pour éviter de la percer en rentrant les voitures dans le hangar. Ces dernières ont installé dans une grande bulle hermétique avec des ventilateurs pour homogénéiser la teneur en gaz.

 

 

 

 

Des capteurs permettaient de vérifier la concentration de gaz présente dans la bulle et pour s'assurer de l'absorption par le bois et le cuir. Pour le dégazage, un périmètre de 25 mètres autour du bâtiment a été établi selon la réglementation en vigueur. Ce dégazage se fait par deux extracteurs d’air qui donnent sur l’extérieur du hangar, deux gros tuyaux à l’avant et à arrière de la bulle. Aucun accès au site n'était autorisé du vendredi au dimanche inclus.

Par la suite, il faudra être vigilant quant aux signes de ré infestation éventuelle.

 

 

 

 

 

La préservation du patrimoine Haras nationaux se poursuit

Ce traitement est une opération importante pour la préservation de ce patrimoine des Haras nationaux et rentre dans le cadre du Projet attelage national de l'IFCE. Le travail effectué autour de ces véhicules est le fruit de réflexion engagées depuis une dizaine d'année avec les référents patrimoine Haras nationaux dont fait parti Philippe Roche. Ce dernier nous explique l'importance d'une telle opération : "Ce chantier est une première. Il a permis de modéliser un procédé de préparation de traitement. Cette première étape pourrait être le point de départ d'un travail à étendre vers les autres sites détenteurs de voitures hippomobiles Haras nationaux, que l’IFCE en soit propriétaire ou non : travail que nous sommes en mesure d’accompagner".

 


  Commentaires
-bigre par Larghetto (08/07/2020 14:39:21)
le produit utilisé par ces professionnels ne semble malheureusement pas anodin dans le cadre du réchauffement climatique... mais que faire quand on est un petit particulier qui n'a pas accès à ce vikane et qui voit ses 2-3 voitures anciennes avec des petits trous de plus en plus nombreux ? le xylophène oui, mais en prévention ? quelqu'un a t-il une solution ?