Article proposé par Toto, paru le 27/10/2020 09:35:10
Rubrique : Reportages, lu 952 fois. 2 commentaires
Partager

LIGNIERES 2020, mon championnat de France à la loupe


 

Compte-rendu du concours de Lignières  (Cher)

 

(15-18 Octobre: Championnat de France 2020,

 

Amateur Team Poneys)

 

 

Championnat 2020 :

    Suite à l’épidémie de COVID 19 et au confinement qui en est résulté, cette année aura été très particulière en ce qui concerne la saison de compétitions. Tous les concours de la fin Mars à Juillet ont été annulés, et encore d’autres en fin de saison, ceux restant étant souvent réduits à des Amateur 2, c’est-à-dire sans marathon, et normalement non qualificatifs pour le Championnat.

              Celui-ci a été maintenu, mais retardé de Septembre (prévision initiale) à la mi-octobre. Les conditions de qualification ont été assouplies, remontant au 1er Août 2019 et n’exigeant que 3 concours. En fait, elles n’ont pas été respectées, les Amateur 2 remplaçant les Amateur 1 et les Amateur 1 remplaçant les Amateurs Élite mais ce dernier point, qui n’a été connu que fin Septembre, n’a jamais été écrit, seulement constaté.

  La tenue de ce championnat est restée longtemps incertaine. De nombreuses manifestations ont été annulées en France en Octobre, et le Championnat du Monde d’Attelage à 4 chevaux, qui devait avoir lieu une semaine plus tôt à Valkenswaard (Pays-Bas), a été annulé par le maire avec 5 jours de préavis. Pour Lignières, le Préfet du Cher n’avait rien interdit, mais il a attendu la veille du concours pour l’autoriser franchement. Il y a eu 98 partants au total, dont 5 en 4 poneys Amateur, et 5 également en 4 poneys Élite.

    Les organisateurs ont demandé que tous les piétons portent un masque en permanence, ce point devant être vérifié par les gendarmes, car l’autorisation de concours ultérieurs sur ce site en dépendrait. Effectivement, 9 pandores sont venus sur les lieux l’après-midi du marathon.

   Public: à part les organisateurs, les juges, les participants et leurs équipes, et quelques rares personnes de la région venues voir à quoi ressemblait un attelage, le nombre des connaisseurs venus spécialement à Lignières assister à au moins une partie de ce championnat pouvait se compter sur les doigts de 2 mains.

 

La Bricole Nanteuillaise au Championnat :

   Nous ne sommes pas sortis en concours FFE en 2019, faute de grooms. Les nouveaux grooms ont commencé à se préparer à l’automne, et un calendrier des sorties de 2020 a été mis au point, commençant par un Amateur 2 à la fin Mars. Un à un, tous les concours prévus ont été annulés. Au 15 Août, un concours Amateur 1 a été maintenu à Rosières-aux-Salines, c’est-à-dire à plus de 300 km alors que nous ne dépassions ordinairement pas 200 km pour les concours de ce niveau: les grooms y ont donc fait directement leurs débuts.

   Nous avons ensuite participé à 3 concours dans l’Oise (Amateur 1 prévu, remplacé par des Amateur 2). Et c’est avec surprise que nous avons constaté que les concours Amateur 2 avaient été retenus, et que nous étions qualifiés.

 

Conditions météorologiques :

   Après une saison sèche de 6 mois, la saison des pluies a commencé à la fin de Septembre, à Lignières comme à Nanteuil, sans gros excès cependant. L’herbe y a donc reverdi, et un petit crachin a duré du jeudi soir au vendredi midi, avec un puissant vent du nord qui s’est ensuite calmé.

     Pendant les 3 journées du concours, nous avons vu passer de nombreux vols de grues en cours de migration, qui se rendaient vers le sud; mais ce n’est que le dimanche que nous avons pu vérifier ce point, car il était jusque-là impossible de distinguer la direction du soleil. Et encore, le dimanche, il a fallu attendre que le brouillard se dissipe, car la visibilité lors des premiers parcours de maniabilité à 8h 30 n’était que de l’ordre de 40m.

 

           Les nuits ont été fraîches (3°C), et la température ne s’est vraiment réchauffée qu’à partir du dimanche à midi. Les terrains étaient souples, mais légèrement glissants en surface.

 

Vendredi 16 Octobre:

Nous passions en dressage à 14h: la matinée était donc consacrée aux préparatifs de cette épreuve. Mes grooms étaient très satisfaits du dressage; je l’étais moins, notamment à cause des cercles de la fin, dont le premier était sur 2 pistes et le second contre-incurvé. Je croyais avoir fait un très bon reculer, mais ce n’était pas l’avis des juges qui, semble-t-il, attendaient 3 mètres au lieu de 5 foulées.

Les écarts de notes ont été faibles: j’étais à 8 points du 1er et 3,5 points du dernier.

 

 

          *(cf article paru en Août, et son commentaires:)   J’ai revu Francis MARTEL (âgé de 70 ans), qui avait participé avec moi au stage de Rosières-aux-Salines en 1980: il a déménagé dans le midi il y a 20 ans, et faisait partie cette année de mes concurrents à 4 poneys Amateur, avec des Pottocks pie noirs. En dressage, son équipe portait la tenue traditionnelle du Pays Basque, avec des bérets rouges pour les grooms.

 

Samedi 17 Octobre:

          Le marathon suivait le schéma classique à Lignières, avec les phases A, T et B.

Dans la section des prés d’ânes (dont un seul était occupé), nous faisions le tour des ces prés au lieu de les traverser en leur milieu comme par le passé. Gavroche, qui avait eu peur de ces ânes lors de championnats précédents à Lignières, s’en rappelait très bien, et sursautait à chaque caillou ou morceau de bois qui pouvait apparaître.

Peut-être ai-je perdu le sens du train en marathon, notamment à cause de la disparition partout ailleurs des phases A traditionnelles: pour du 14 km/h demandés, j’ai commencé par prendre du retard, et ai eu beaucoup de mal à le rattraper. A l’arrivée de cette phase, Oslo et Qyo écumaient (VG et TD), mais cette mousse avait disparu à l’arrivée de la phase B.

Je me suis inquiété en phase T, pour laquelle la feuille de route annonçait un temps demandé (pour 5 km/h à allures libres), et un temps éliminatoire pas beaucoup plus long (dont je me rappelais qu’il avait été atteint par BERDIN à Forges-les-Eaux): en effet, il n’y avait ni panneau de début ni panneau de fin; en fait, elle n’était pas chronométrée.

Les obstacles étaient presque plats, à l’exception du gué; et, dans celui-ci (entrée et sortie par le haut) on n’avait à monter et descendre qu’une seule fois la pente.

 

 

La vitesse demandée semblait faible: 13 km/h, sachant qu’en plus les distances avaient été calculées en tenant compte des portes F dans les obstacles, que nous n’avions pas à franchir. Mais, là encore, il a fallu marcher fort pour rester dans le temps, en galopant souvent; je n’ai pu que très peu ralentir pour faire reprendre leur souffle aux poneys à l’approche du gué n°5.

Nous avons fait le meilleur temps de notre série sur le 1er obstacle. Paul ROUBACH (Vice-Président fondateur de La Bricole Nanteuillaise) y était commissaire, et j’ai appris que Félix-Marie BRASSEUR (ancien Entraîneur National) était dans l’assistance, et a remarqué que j’étais le seul à mener à l’anglaise. Nos temps dans les obstacles suivants étaient beaucoup moins bons, probablement parce que les poneys fatiguaient et manquaient de reprises.

 

Dans le gué (très peu profond), Oslo a refusé et, à chaque entrée dans l’eau, Gavroche a dû le tirer; c’est peut-être le premier refus qui nous a déstabilisés, car nous avons tout simplement oublié de franchir la porte B après la porte A ; en fait, nous l’avons même franchie après la D, dans nos trajets entre les portes, sans nous rendre compte qu’il fallait alors ensuite repartir de la porte C. Il paraît que quelqu’un du public nous a crié de prendre la porte B (l’aide extérieure est maintenant autorisée), mais nous n’avons rien entendu.

 

  

         

          Le vétérinaire à l’arrivée s’est contenté d’écouter deux secondes le cœur de chaque poney, puis de nous dire de doucher longuement les timoniers. Nous n’en avons évidemment rien fait, pour leur conserver le sébum à l’orée de l’hiver; après les avoir promenés sur des pelouses

herbeuses, nous les avons emmenés au roulodrome (terrain de longe en sable); Tornado a beaucoup tardé à se décider, puis il nous a présenté une série impressionnante de retournements à grande vitesse.

          A l’arrivée, nous étions à peu près satisfaits de notre parcours, qui était le premier que j’aie terminé depuis 4 ans au championnat: OK en 2016, non qualifié en 2017, emballé en 2018, non couru en 2019. Les commissaires ne nous ont rien dit, de même que les juges à l’arrivée, et c’est seulement en lisant les résultats que j’ai constaté notre élimination. Nous avons été les seuls éliminés de cette journée, où il n’y a eu aucun incident notable (pas d’accident, ni de renversement, juste quelques chutes de chevaux sans gravité).

          Traditionnellement, avait lieu le samedi soir le dîner des meneurs, où 300 personnes étaient compressées dans la salle relativement petite de l’hippodrome. Ceci était impossible avec les restrictions liées au COVID 19, et les organisateurs l’ont résolu d’une manière très simple: il n’y a pas eu de dîner des meneurs.

 

Dimanche 18 Octobre:

Les années précédentes, la maniabilité des Amateurs avait lieu le matin et celle des Élites l’après-midi, avec une remise de prix intermédiaire à la mi-journée. Cette année, 2 parcours ont été installés par 2 chefs de piste différents, les 6 séries de chevaux tournant sur la piste en sable, et les 6 séries de poneys sur le terrain en herbe: ceci permettait de ménager l’herbe de ce terrain, et de terminer tous les parcours à 13h pour une remise de prix générale à 14h. Les reconnaissances étaient plus faciles que d’habitude, avec seulement 50 meneurs simultanément sur le terrain au lieu de 100.

          Il n’y avait pas de contrôle vétérinaire avant l’épreuve.

Le parcours des poneys était particulièrement difficile pour les attelages à 4, rempli de chicanes et de ‘pièges’. La section la plus serrée était un demi-cercle de 5m de rayon intérieur, la troisième porte étant dirigée vers l’extérieur: nous l’avons reconstituée sur le terrain de détente et spécialement travaillée: malgré de premiers essais difficiles, nous l’avons franchie sans faute sur le terrain. Comme ‘piège’, on peut citer la porte n°17, placée à côté de la porte 16C du zig-zag, dans le prolongement exact de la 16B.

Les vitesses maximales étaient demandées. Un seul attelage de poneys, en paire (Antoine JEANSON) a fait un parcours sans faute dans le temps, et 3 ont été éliminés: 2 paires Amateur et un attelage à 4 Élite. Je n’ai pas été voir le parcours des chevaux pour ne pas me perturber, mais il devait être du même acabit: un seul sans faute dans le temps (Célia ASSAILLY, à 1 cheval), et 4 éliminés.

Les Shetlands étaient évidemment à la fête sur un tel parcours: Charlotte GONZALVES n’a fait que 2 fautes, avec le meilleur temps, gagnant 15 points sur tout le monde; comme elle n’avait que 5 points de retard au classement provisoire, elle a remporté largement le Championnat. J’ai fait 5 fautes, et mes 3 autres concurrents au moins autant; je n’ai eu qu’une seconde de retard sur le meilleur temps des parcours avec 5 fautes.

A 4 poneys en Élite, Rolf GUTHMANN avait gagné le dressage et conservé sa place après le marathon; mais il a fait une maniabilité catastrophique, et Eric MINNE lui est passé devant: ce dernier avait été éliminé au contrôle vétérinaire en 2018 (de manière très contestable; il ne s’y attendait absolument pas), avait gagné le championnat Amateur en 2019 et avait donc estimé qu’il devait cette année concourir en Élite.

 

 

          Nous allons maintenant repartir sur l’activité de tridem, forme d’attelage pour laquelle nous venions de fabriquer de nouveaux harnais spécialement adaptés, en prévision de la Route Eugénie, manifestation de Tradition prévue début Octobre et annulée. Ces harnais devraient également, si tout se passe bien, nous permettre d’atteler également en quadrem.

 

          Emmanuel VANTROYS


  Commentaires
-CDF 2020 par Framar (27/10/2020 10:33:16)
Emmanuel a bien retranscrit ce concours. Une petite remarque toute- fois, en 4 poneys amat , au moins trois des meneurs sont sous la barre des 60 ans et se font toujours grand plaisir à mener, cela donne de la marge à toutes et tous pour cette catégorie . F Martel
-CDF 2020 par Framar (27/10/2020 13:20:47)
Une autre précision: 2 des deux rangs poneys dans les trois premiers sont des poneys 100 pour cent français, issus du sud ouest. Landais et Pottoka.