Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 10/11/2021 12:45:00
Rubrique : Interviews, lu 399 fois. Pas de commentaires
Partager

REINER WANNENWETSCH quitte la FEI


 

         

          Ma confère Jacqueline Zimmermann  recueille beaucoup de témoignages à la suite de son interview de Mickaël FREUND. Y avez vous répondu ?

          C'est au tour d'un juge international, Reiner WANNENWETSCH de s'exprimer dans les colonnes d'Hippoevent. Nous en donnons ici une traduction aussi fidèle que possible, sur l'état d'âme du juge allemand.  

 

              Reiner Wannenwetsch juge FEI niveau 4 & délégué technique - meneur et cavalier "envoie un message au monde de l'attelage " Mon but n'est ni de faire reculer la roue ni d'inventer une nouvelle roue."

          Chers amis meneurs !  

          C'est une bonne tradition que de faire le point à la fin de l'année ou de la saison. Le résultat est le compte de profits et pertes, et surtout, l'analyse du bilan.

 

          Alors commençons : la saison  s'est-elle bien déroulée, les objectifs prévus ont-ils été atteints et le nombre de victoires et de podiums a-t-il été atteint ?

          Si nous sommes satisfaits de nos entraîneurs et juges, les carrossiers ont fourni de meilleures voitures, les selliers ont ils fabriqué des harnais encore plus solides et les marchands de chevaux ont ils livré des chevaux jeunes, inutilisés, à la fois expérimentés et rapides?

          Est-ce que tous les sponsors sont restés ? Tout est OK! Tout est bien fait ! Continuez alors à  produire à haute pression !

          Mais attendez, une question est très importante : notre produit, notre sport est-il toujours en adéquation avec la demande du marché, ou produisons-nous un modèle sans attrait ?

          Le visiteur de nos concours exige-t-il encore plus de champagne et des images encore plus spectaculaires, encore plus de volonté de prendre des risques et d'audaces, encore plus de cours de dressage dérivés du grand sport équestre ?

          Apprécie-t-il toujours une formation solide pour les chevaux et les meneurs ?

          En parlant de chevaux, ne réduisons pas les nombreuses races différentes à trois types standard: les ballerines nerveuses et  totalement folles, qui ne pourront vraisemblablement à l'avenir présenter leurs leçons de cirque sous  les guides de virtuoses moins doués.

          Ensuite, il y a les coureurs de marathon apparemment insensibles, qui sont apparemment résistants à toutes les influences,  

          Oh oui - et encore une chose : que diraient les chevaux à propos de tout cela si nous pouvions comprendre leur langue ?

          Est-ce que vous appelleriez même ma génération  cruelle?

          Après tout, j'étais l'une de ces personnes qui conduisaient les vrais marathons à l'époque. Avec cinq phases, dont un trot rapide à 18 km/h, soit un total de 32 kilomètres, à la fin la phase E avec sept à huit obstacles et des portes pouvant être franchies directement

          L'ensemble n'est certes pas aussi rapide qu'aujourd'hui, mais il était bien plus exigeant en termes de contrôle des meneurs,, de précision de conduite et d'obéissance des chevaux. Mais sans aucun problème de pouls, de respiration et de forme physique, pas de ventilateurs atomiseurs d'eau, malgré les juges parfois assez costauds, dont il fallait aussi tirer le poids.

          Comment était-ce possible sans recueillir les protestations des militants des droits des animaux ?

          C'est simple : D'une part, les chevaux étaient vraiment entraînés en conséquence, après plus de 25 kilomètres ils arrivaient souvent à sec au départ de la phase E. On a du mal à imaginer être au départ B aujourd'hui, mais c'était vraiment comme ça.

          Mais aussi, il y avait l'obéissance des chevaux et la confiance en leurs meneurs. Une explication simple à cela: pendant les heures de balades à l'entraînement, rien de mieux à faire que de s'occuper des chevaux et de discuter avec eux - il n'y avait pas de smartphone à l'époque !

 

          Après plus de quarante ans d'attelage sportif, avec de nombreux hauts et bas, j'ai pu façonner en partie le développement de notre sport.

          En tant que meneur actif, développeur du premier programme informatique utilisé lors d'un championnat du monde (Ascot 1986), en tant que pionnier de la modération moderne des épreuves d'attelage  et au cours de mes nombreuses années en tant que juge international, j'ai pu accomplir beaucoup de choses , et même empêcher certains développements moins bons.

          J'ai été autorisé à visiter de nombreux haras et collections, j'ai rencontré des personnes très précieuses à travers le monde et j'ai noué de nombreuses amitiés.

          Ces dernières années, des amis enseignants   m'ont demandé encore et encore de les soutenir dans cette discipline. Même s'il ne s'agissait pas de participer aux concours, mais de pur bonheur de dresser des chevaux d'attelage, très bien conduits équipés de harnais et de véhicules correctement adaptés, j'ai toujours décliné cela avec remerciement afin d'écarter un "conflit de l'intérêt".

          Cela devrait changer maintenant : mon but n'est ni de faire marche arrière ni d'inventer une nouvelle roue. Toute correction nécessaire du chemin choisi ne deviendra de toute façon perceptible qu'après des années, et c'est alors la tâche d'une nouvelle génération .

          C'est pourquoi j'ai informé la FEI la semaine dernière que j'abandonnerais mon jugement à la fin de l'année.

          Dans cette optique : Au revoir, restez en bonne santé et n'oubliez pas les chevaux ! 

          Cordialement,

          Reiner Wannenwetsch

 

 

 


  Commentaires