Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 18/07/2022 08:51:47
Rubrique : Interviews, lu 879 fois. Un commentaire
Partager

PONCHATEAU: VINCENT et ANNA SERAZIN des nouveaux bâtisseurs


 

 

L'hippodrome de Pontchâteau

 

                     

 

  Vincent et Anna Sérazin

de Concurrents à Organisateurs                         

 

                              Le Parc Régional de Brière entendra sous peu, à l'hippodrome de Pontchâteau (14 réunions par an), résonner le bruit des sabots d'un concours d'attelage. Le premier du nom, organisé par Vincent et Anna Sérazin. Pontchâteau est à 30km de Pénestin et de la mer, pourquoi ne pas s'inviter à quelques jours de vacances avant ou après après le concours ? Une petite galopade sur la plage vous tente ?  

Vincent vous proposera un van et éventuellement une voiture, et plus encore pour cette année ou l'année prochaine des box sont disponibles à l'hippodrome ou chez lui ( à 3 mn) aux Ecuries des Lys pour y loger votre cheval quelques jours.

 

                    Il faut tout de même avoir un esprit d'entrepreneur et un brin de folie pour se lancer dans ces temps difficiles pour la compétition, dans l'organisation, pour la première fois, d'un concours d'attelage !

                   

                    L'origine de l'entreprise et l'organisation du concours

 

Vincent Sérazin: « c'est la première fois que j'organise un concours! Déjà il y a quelques années je voulais arrêter l'attelage en 2017 exactement. J'ai fait une année sabbatique, je glandouillais dans mes pâtures avec mes chevaux et les voitures, et c'est Anna qui m'a relancé. Elle avait déjà une grosse maturité ! (ndlr: Anna a aujourd'hui 22 ans ). À cette époque qu'elle faisait du CSO, l'ambiance de ces concours ne lui plaisait plus trop et elle a décidé de se mettre à l'attelage avec moi. Je suis donc reparti une saison en amateur  avec elle. J'ai racheté les chevaux de Bernard Grimonprez, ceux qu'il avait confiés à des à Thibault Coudry, les deux chevaux de volée, et  je suis retourné dans les concours élites.

A cette époque j'avais déjà été contacté par l'hippodrome. J'avais fait venir Philippe Blossier et Patrick Michaud. Ils ont trouvé le site splendide, avec un gros potentiel pour organiser un concours d'attelage. Il y a 18 mois j'ai été relancé par le responsable  du site, mais il y avait beaucoup de travaux à faire pour mettre les installations en accord avec les besoins d'un concours d'attelage. Cela a été fait, le montant des investissements est très, très conséquent,  et je crois qu'aujourd'hui nous possédons un beau site d'attelage, pérenne pour les années à venir sous la houlette de l'association «Les attelages d'Anna », dont Anna est Présidente. Mais monter un concours d'attelage pour la première fois c'est énormément de travail !

 Le concours est porté par 27 sponsors: ça fait un an que je prépare le concours, et depuis 2 mois j'y suis huit heures par jour. Anna s'occupe de tout ce qui est communication, et c'est Francis Vrignaud des attelages de Luçon qui s'est occupé de toutes les démarches administratives, avec la FFE notamment. Sans lui ...

70 bénévoles nous aident dans la préparation du concours. On fait tourner les bénévoles afin de ne pas les user, nous avons une réunion par semaine sur le terrain. J'ai régulièrement 20 personnes à disposition. Le groupe s'est constitué sur la base de 20 potes qui me suivent en permanence, ils ont chacun apporté une ou deux personnes supplémentaires, il y a aussi une vingtaine de bénévoles des courses qui participent à l'organisation de ce concours d'attelage. Michel Naulet le Délégué Technique m'appelle tous les jours. Il y a une vraie motivation chez tout le monde pour bien faire les choses, il y a une belle ambiance, c'est très agréable, ils sont tous très excités ! Franchement, compte tenu des infrastructures de l'hippodrome et de tout son potentiel, l'organisation de trois concours d'attelage par an ne serait pas inconcevable.

                                                           On va s'en contenter d'un seul (rire).

                    Sont engagés aujourd'hui 35 amateurs et 7 clubs. C'est évidemment trop peu, même les 6000 € de dotations n'ont pas incité les meneurs bretons et les autres à se déplacer à Ponchâteau. Nous en espérions le double. Il est vrai que la région Ouest est dotée de plusieurs concours rapprochés sur le calendrier (Cholet, Luçon, Landivisiau). Le grand ouest a prévu de mieux s'organiser en 2023. Nous avons tout de même le plaisir d'avoir beaucoup de meneurs de talent dès cette année.

 

          Les conditions matérielles du concours

          VS: « tous les box sont en dur, les 62 stalles ont été refaites et fermées, nous avons aujourd'hui un potentiel de 125 box couverts et électrifiés sur bitume, il y a de l'eau partout sur le parking. Quatre douches avec eau chaude sont disponibles pour les chevaux.

          Aujourd'hui que le gasoil est cher, si on enlève 1 tonne d'eau au camion pendant le voyage, cela fait gagner 2 ou 3 litres/100km… Les meneurs pourront charger l'eau sur le concours, l'électricité c'est du costaud, ça ne lâchera pas pendant le concours.

          Le paddock est un grand parking sur du gravier. On peut recevoir 60 camions. Il y a cinq douches femmes et cinq douches hommes, plusieurs WC. Plusieurs salles de réunion…

          Il y aura une soirée les meneurs, mais aussi plusieurs restaurations seront sur place.

          Pour le sport il y aura 2 carrières, une pour la détente et une officielle. Une troisième était prévue mais malheureusement avec la sécheresse et malgré nos arrosages elle n'est pas opérationnelle. Des travaux sont prévus pour l'année prochaine afin de remplacer l'herbe par du sable. Tout le site, toutes les pistes sont accessibles aux attelages. Il y a six obstacles. Je pense avoir aussi réuni un bon jury et de bons techniciens pour assurer le fonctionnement du concours.

     

 

 

 

 

 

L'hippodrome et vues du site et des obstacles

Voir aussi la vidéo du drone

 

          

          L'élevage est aussi une activité familiale

  

          C'est Anna qui nous en parle ...

          Anna Sérazin:

           " Notre élevage fait naître au moins 1 poulain par an. Aujourd’hui nous en comptons 8 nés chez nous. Calypso ma jument âgée de 10 ans est une des premières née aux écuries. Elle a deux petites sœurs Ella et Danaé qui sont aujourd’hui attelées en paire dans les mains de Raphaël Berrard.

          Deux de nos jeunes mâles âgés de 5 et 4 ans sont dans les écuries de Maxime Maricourt. C’est aussi Maxime Maricourt vers qui nous nous tournons pour le débourrage des poulains. Aujourd’hui aux écuries nous avons 2 jeunes pouliches de 2 ans et 1 an. La dernière est de la ligné direct de notre écurie puisque la maman est Calypso, C’est la première et par chance nous sommes tombés sur la bonne année pour pouvoir l’appeler Lys comme nos écuries".

          Retour à la compétition

Vincent et Anna  participeront aussi au concours de Pontchâteau, mais surtout ils poursuivront tous les deux les compétitions sur les concours nationaux et internationaux. Vincent a prévu de participer à Chablis.

 

 

Saumur 2021, l'attelage ci dessus à été vendu à l'IFCE

 

En route pour de nouvelles aventures...

          © JCG/attelage.org


  Commentaires
-M'enfin quoi ? par JeanClaudeGrognet (20/07/2022 14:15:24)
Luçon et Ponchateau seulement 40 concurrents et pourtant 6000€ de dotation sur chaque concours. Que se passe t il ?