Article proposé par JeanClaudeGrognet, paru le 10/03/2023 08:10:50
Rubrique : Interviews, lu 1015 fois. Pas de commentaires
Partager

HUBERT TIBERGHIEN, le bonheur est dans le stage


 

                                                              HUBERT TIBERGHIEN

 

 

          Hubert Tiberghien est un jeune meneur. Comme beaucoup de jeunes meneurs, c'est par ses parents qu'il est venu à l'attelage, et qu'il a fait ses premiers pas, avec un Shetland. Les débuts ont continué en passant du poney au différents chevaux de la famille dont un cheval espagnol.

          Aujourd'hui Hubert mène un cheval hanovrien dans les concours amateur, Hepster Jung, un cheval qui a appartenu à Gérard Dupont. Le cheval est hébergé dans un club, à la fois par obligation car Hubert n'a pas les infrastructures pour cela et son métier de routier l'oblige parfois à de grandes absences. Une organisation pas facile donc, mais comme le dit Hubert « quand on veut on peut »

En concours avec Hepster Jung

          Hubert Tiberghien: «   l'attelage est devenu une passion, je recherche plus le travail du cheval et le plaisir que la compétition et le résultat. Le bien-être du cheval m'importe beaucoup. Un cheval heureux et bien dans sa peau, donne plus. »

         

                    l'ARAP a organisé deux stages début février et début mars avec pour intervenant Sébastien Goyenheix. Ces deux stages se sont déroulés au Polo Club de Chantilly à Apremont. Les deux séances ont été qualifiées de grand  succès de la part des organisateurs et des stagiaires.

                    Hubert Tiberghien a participé aux deux sessions, et il a bien voulu nous parler de son expérience.

                    HT: « j'ai eu connaissance de ces stages directement par Sébastien Goyenheix avec lequel j'avais conservé des relations j'ai eu en effet l'occasion de le croiser à plusieurs reprises sur les concours en groomant Michel Vignaud ou Marion occasionnellement.

                    Le premier stage a déjà été très bénéfique, j'ai appris beaucoup de choses n'ayant pas beaucoup d'expérience ni de connaissances équestres. J'avais une petite idée sur le travail du cheval bien sûr, mais l'enseignement de Sébastien m'a fait modifier beaucoup de choses, sur la vision que j'avais en général, ma façon de travailler, mon attitude en terme  de concentration sur le travail du cheval. Sébastien m'a appris également à pousser plus loin le travail en redemandant au cheval les mêmes réponses à plusieurs de mes demandes ».

                    A.O : plus précisément, sur quel ou quels points techniques équestrement parlant avez-vous abordés plus précisément ?

                    HT: « sur les deux stages nous avons travaillé sur l'attitude de mon cheval mais aussi sur sa rectitude, conditions importantes pour aller plus loin dans le dressage. Nous avons pour mon propre cheval travaillé à pied, sous la selle et attelé bien sûr.

                    À pied, c'est-à-dire à la longe et sans enrênement, en recherchant une totale connexion entre le longeur et le cheval, avec un cheval qui allonge sa ligne du dessus avec une encolure vers le bas pour remonter les abdominaux.

                    Après ce premier stage j'ai reproduit chez moi ces leçons pendant un mois avant de me représenter devant Sébastien pour le second stage.

                    Le second stage s'est déroulé de la même façon. Après le travail à la longe nous avons abordé le travail monté avec les mêmes objectifs (ligne du dessus, encolure vers le bas), en surveillant la rectitude, puis la même chose dans la voiture.

                    J'ai observé durant ce second week-end encore une évolution très positive de mon cheval.

                    A.O : en résumé un premier stage de découverte du cheval, des préconisations et indications de travail, un travail régulier conforme et assidu pendant un mois, et une confirmation des acquis lors du deuxième stage ?

                    HT: « c'est tout à fait ça ! Les progrès ont été observés et soulignés par les différentes personnes présentes aux stages.

                    A.O : avez-vous abordé avec Sébastien la suite technique du travail ?

                    HT: « non. Je pense que je dois déjà digérer tout l'acquis de ces deux stages ! le transfert d'apprentissage longe, puis monté puis attelé suffit à mon bonheur pour le moment ! L'expérience de ces deux stages est absolument positive, je suis très heureux d'y avoir participé, la pédagogie de Sébastien est impressionnante. Pour un autodidacte et un solitaire comme moi c'est une véritable révélation.

                    Dans mon club d'hébergement, les Ecuries du Manoir à Gavrelle  je suis le seul meneur. Claire Duponchel qui a été écuyère  au Cadre Noir vient y donner des stages à ma demande. Je monte mon cheval avec elle selon les mêmes principes que ceux de Sébastien.

 

                    Interview © JCG/attelage.org


  Commentaires